Accueil | dMute

Littérature

: Livre: Rough Trade.



Rob Young, Rough Trade, Labels Unlimited, Londres, Black Dog Publishing, 2006.

Après être revenu sur l’histoire du label Warp, la série "Labels Unlimited" publiée par l’éditeur Black Dog Publishing consacre sa deuxième référence à Rough Trade. De l’ouverture de la boutique du même nom en 1978 dans le quartier de Notting Hill à la création du label, qui produira 160 albums et 250 singles jusqu’en 1991, puis du rachat de son catalogue par One Little Indian à sa (presque) plus récente actualité (mi 2006), le visage de Rough Trade aura changé, et su séduire différemment.


Créé par Geoff Travis et Jeannette Lee, idéalistes passionnés de l’ère post punk, Rough Trade aura mué sereinement d’un état de boutique de disques à celui de distributeur, puis de l’état de distributeur à celui de label. Là où d’autres n’auront pas eu la chance de subsister après la sortie d’une première référence, Rough Trade survivra, et comment, à la parution d’un disque aux charmes relatifs signé Métal Urbain inaugurant son catalogue. Les premières années voient le label produire Cabaret Voltaire, Vic Godard, Scritti Politti, The Fall, Television Personalities, ou un Robert Wyatt extirpé de Soft Machine. Et puis, dès 1983, The Smiths, groupe qui assurera au label quelques références supérieures et dont la séparation augurera étrangement d’une période de trouble à laquelle faire face. Dès 1987, en effet, Rough Trade doit se passer de ses anciennes valeurs, groupes dissous ou en perdition, et, même s’il a mis la main The Sundays ou Galaxie 500, ne réussira pas à éviter la banqueroute. En 1993, One Little Indian rachète le catalogue, et a l’idée élégante de demander à Travis d’en assurer la pérennité. Signant Tom Verlaine ou The Boo Radleys, l’aventure se poursuit jusqu’à déboucher sur une période de renaissance fastueuse due pour beaucoup aux Strokes. Le reste n'est qu'actualité.


Richement illustré (pochettes et photographies des groupes en question), le texte de Young est pertinent et complété par la discographie complète du label, d’un répertoire des groupes et d’une récente interview de Geoff Travis et Jeannette Lee, duo qui a fait de l’ « indé » une catégorie musicale à part entière - encore employée aujourd’hui, même si malhonnêtement. Soit, un hommage mérité sur air de nostalgie.



par Grisli
le 02/05/2007

Partager cet article :



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 23/02 - Chronique
Nursery - Eugenia
ven. 21/02 - Chronique
King Krule - Man Alive!
sam. 15/02 - Blog
American Football - S/T (1999)
sam. 01/02 - Blog
Moons - Thinking Out Loud
ven. 31/01 - Blog
#24 : Quentin Sirjacq
mer. 29/01 - Chronique
A Girl Called Eddy - Been Around
jeu. 23/01 - Chronique
OOIOO - Nijimusi
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters