Accueil | dMute

Akron / Family + Megafaun

: @ Point Éphémère - 13/11/2009



Notre compte rendu

Vendredi 13 novembre, un jour pas comme les autres, Akron/Family fait un passage au Point Ephémère avec leurs amis de Megafaun en première partie. Une date à l’image de ce que peut véhiculer le chiffre 13 : de très bonnes choses ou de très mauvaises. En tout cas le ton est donné, pas de juste milieu : on aimera ou on détestera ce concert. Au moins l’ambiguïté ne sera pas le mot d’ordre de la soirée et c’est une bonne chose quand on est avide de ce genre de musique. Pour ma part, la prestation que nous ont offert Akron/Family ce soir là fait parti des meilleurs concerts que j’ai peu voir cette année.



Encore une fois, je rate la première partie de ce grand rassemblement de barbus, de quoi avoir quelques regrets au regard de ce qui va se passer par la suite. Je découvre qu’Akron/Family mérite bien sa réputation, le concert débute par des considérations du bassiste animateur de la soirée qui va passer quelques minutes à annoncer la couleur. Une sorte de commandement que l’on pourrait résumer par le leitmotiv « on est là pour se faire plaisir, faites en de même et bougez votre cul, vous verrez ça vous ferra du bien ». Le ton est donné, le groupe n’a pas vraiment la démarche d’un groupe indé habituel. Pas de retrait du musicien en faveur de la musique, avec Akron/Family le musicien est l’incarnation de la musique. Et c’est à ce titre que leur concert ressemble d’avantage à un grand rassemblement festif qu’à l’étalage d’une musique de chapelle que l’on savoure en tapant délicatement du pied. Ici, le groupe se donne sans compter certes, mais à la seule condition de le faire en compagnie de son public !



Dès le début du concert on se doute que ce qui va suivre ressemble plus à une longue transe au cours de laquelle on ne perçoit plus vraiment les choses de manière objective. Le trio s’est énormément appuyé sur le répertoire de leur dernier et excellent album Set 'em wild, set 'em free, pour alimenter leur prestation haute en couleurs. Entre ballades hippie (l’accoutrement du batteur vient confirmer cette donne), déluge rock psychédélique des années soixante-dix, blues, post-rock, électro, musiques d’inspiration malienne, afrobeat, jazz, drone, gospel, le groupe a proposé une version psychédélique du « sound system » dans le cade d’une improvisation où la voix saturée d’effets donnait le change à la batterie et aux percussions environnantes. Un condensé d’idées parfois exposées pendant quelques minutes ou développées lors de longues improvisations inspirées par la présence de Megafaun qui les avait rejoint sur scène. Trio en début de concert, le groupe s’est soudainement mué sous la forme d’une énorme fanfare de barbus hippie (deux batterie, deux guitares, basse, percussions, synthé etc.) pour finalement revenir au nombre de trois dans le cadre d’un final tout en douceur. Une joyeuse brochette de barbus qui a fait exploser la concentration de poils au mètre carré avec son lot de variations sur le thème de la pilosité (mention spéciale pour le batteur de Megafaun qui a opté pour un saillant modèle type « Père Noël » ou pour le guitariste d’Akron/Family nostalgique du bandeau type Bjorn Borg).



Il a flotté au cours de ce concert un véritable parfum de liberté. Une atmosphère qu’on retrouve de plus en plus rarement et qu’on regrette de ne pas voir aussi souvent. Certes, le groupe fait le show, mais sans pour autant en oublier la substance même qui fait tout l’intérêt de leur musique. Un liberté qui permet constamment au groupe de renouveler leurs prestations. Ainsi un concert d’Akron/Family ne ressemble pas un autre concert d’Akron/Family. Une démarche salutaire que de nombreux groupes devraient s’empresser de mettre en pratique.




par Guillaume C.
le 15/11/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Mash-up
#5 Tychron Family - When I Was Montana
Sub Verses
(2013)
Dead Oceans
improvisations psychédéliques
Reportage
(19/05/2011)
@ Café de la Danse
S/T II: The Cosmic Birth and Journey of Shinju TNT
(2011)
Dead Oceans
Folk / Rock Psychédélique
Set 'em wild, set 'em free
(2009)
Dead Oceans
Post-folk/rock psychédélique
Love is simple
(2007)
Young Gods Records
Post-folk/rock psychédélique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters