Accueil | dMute

Hurtmold

: Interview avec Hurtmold



À l'occasion de l'édition européenne de leur album Mestro (Nacopajaz/Discograph), Guilherme Granado (keyboards, eletronics, vibes et melodica) a bien voulu répondre à nos questions pour Hurtmold. L'occasion d'en savoir un peu plus sur ce qui se passe de bien dans le rock de l'autre hémisphère…

Votre musique mélange les sonorités rock (indé) avec des sonorités "latino-américaines". Est-ce, pour ainsi dire, votre "brazilian touch" ?

Nous sommes tous brésiliens, il est donc inévitable que nous ayons une certaine "brazilian touch", comme tu le dis. Nous ne faisons pas des mélanges volontairement ou délibérément. Nous essayons simplement de trouver des sons avec lesquels nous sentons tous les six à l'aise ou qui représentent un défi pour nous.


On sent des influences du rock des années 1970, jazz, entre autres, dans votre musique. Parlez-nous des groupes et des artistes qui vont le plus marqués…

Tellement de gens nous ont inspirés. C'est vraiment difficile de citer des noms sans en oublier. J'ai de nombreux héros. Parmi eux : Sun Ra, John Coltrane, Chico Buarque, The Wu Tan Clan, Fugazi, Racionais MC's, Badem Powell, Phraraoh Sanders, Lez Zeppelin, The Minutemen, The Band, Tony Williams… la liste continue encore et encore.

Vous avez collaboré avec Rob Mazurek - Maurizio Takara a fait un disque avec lui. Est-ce que vous avez l'intention de travailler encore ensemble, de faire un disque, du genre Hurtmold feat. Rob Mazurek ?

Tout peut arriver. Rob est un très bon ami et un musicien incroyable. Je peux te dire qu'un nouvel album de Sao Paulo Undergound est prêt et qu'il sortira bientôt. Il a été enregistré sous la forme d'un quartet : Rob Mazurek, Mauricio Takara, Guilherme Granado et Richard Ribeiro.

J'ai l'impression qu'il y aurait parfois l'occasion de faire une sorte de géomusicologie qui mettrait en évidence les frontières (musicales mais aussi économiques) et leurs moyens de transgression. Ainsi, votre album, Mestro, a paru en 2004 sur votre label brésilien Submarine Records et il ne sort pourtant que cet automne en Europe ? Comment vivez-vous cette situation ? Est-ce que cela représente un handicap pour vous ?

Je pense qu'on pourrait appeler ça un handicap, mais je ne sais pas, je crois que c'est une progresion naturelle. Nous avons simplement fait le disque et le laissons vivre sa propre vie. C'est donc naturel que cela lui prenne du temps pour attendre des gens dans d'autres endroits. J'en suis heureux et vraiment excité par cette sortie française. Mais, bien sûr, l'économie joue une grande part et le fait de venir d'un pays du Tiers-Monde peut, sous certains aspects, être un handicap.

Vous mélangez plusieurs univers musicaux, plusieurs matériaux (des sons vintage avec de l'électronique, p. ex.). Dans l'univers musical actuel, comment vous situeriez-vous ? Proches de Chicago (via Rob Mazurek) ou possédez-vous votre proche "géographie musicale" ?

Je n'y avais jamais pensé, mais je crois que nous avons notre propre géographie. Nous suivons et admirons de nombreuses personnes qui font de la musique partout dans le monde aujourd'hui et, la scène de Chicago est l'une de celles que nous trouvons particulièrement intéressante. Mais, nous sommes ici, à Sao Paulo, à expérimenter cette vie et à essayer de créer de la musique dans cet environnement. Je crois donc qu'on peut dire que nous avons notre propre "géographie musicale".

Quels sont vos projets à venir (sortie d'album, tournée, etc.) ?

Notre nouvel album est prêt et il est sorti fin septembre au Brésil [NDLR : Hurtmold - s/t, Submarine Records]. Ensuite, l'idée est de tourner au Brésil autant que possible et, peut-être de faire quelques concerts dans d'autres parties du monde. En France, ce serait génial.

Je crois qu'en France, on ignore à peu près tout de la scène musicale "indépendante" brésilienne. Pourriez-vous, en guise de conclusion, nous en dire quelques mots de Sao Paulo et d'ailleurs ?

Je ne sais pas quoi te dire à ce sujet. Il y a de nombreux groupes qui opèrent dans différents champs et selon différents choix esthétiques. Nous avons beaucoup d'amis qui travaillent et font une musique que nous trouvons excitante. Par exemple : Cidadao instigado, Elma, PUMU, Akin… Nous avons tous différents projets et travaillons avec de nombreuses personnes. En ce moment, Sao Paulo est meilleure que jamais pour faire de l'art et de la musique d'une manière indépendante.


Tags : Hurtmold

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Hurtmold
(2007)
Submarine Records
Post-rock / jazz
Mestro
(2004)
Submarine Records
Post-rock / jazz



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 06/07 - Chronique
Thom Yorke - ANIMA
sam. 29/06 - Blog
NUMéROBé - Velvet EP
jeu. 27/06 - Chronique
black midi - Schlagenheim
sam. 22/06 - Chronique
Tchewsky & Wood - Live Bullet Song
lun. 17/06 - Chronique
Enablers - Zones
jeu. 13/06 - Chronique
Avey Tare - Cows On Hourglass Pond
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters