Accueil | dMute

Dead Can Dance

: Toward the within



sortie : 1994
label : 4AD
style : World-music / lyrique

Tracklist :
01/ Rakim
02/ Persian Love Song
03/ Desert Song
04/ Yulunga (Spirit Dance)
05/ Piece For Solo Flute
06/ The Wind That Shakes The Barley
07/ I Am Stretched At Your Grave
08/ I Can See Now
09/ American Dreaming
10/ Cantara
11/ Oman

Seul et unique album live sorti par le groupe, Toward the within est le témoin parfait d'une époque. Celle du tournant world-music, prit par Dead Can Dance à partir de l'excellent Into the labyrinth. Beaucoup d'inédites, et quelques valeurs sûres, composent sa playlist.
Tout débute avec Rakim. Percussions tribales, yang ch'in et mélange des deux voix. Persian love song apparaît ici dans une très belle version live, suivie de Desert song, autre morceau où se mixent percussions traditionnelles, yang ch'in, flûte, et grelots. Le fabuleux Yulunga semble provenir de son enregistrement studio, tant le son est pur et limpide. Robert Perry enchaîne ensuite, pour un solo de low d whistle, une flûte traditionnelle irlandaise en métal, très planant et sensuel. Autre grand moment de Into the labyrinth, pendant The wind that shakes the barley, dans sa version live cette fois-ci. Gong, grosse caisse d'orchestre, clavier et low d whistle, sur I am stretched at your grave. Influencé lui aussi par la musique irlandaise, ce superbe titre met une fois de plus en avant, les talents de vocaliste de Brendan. I can see now et American dreaming s'enchaînent, changeant un instant de cap musical. Folk et mélodiques, discrètement accompagnées tantôt de clavier, tantôt d'une basse. Brendan et sa douze cordes nous donne ici un avant goût de ce que sera son premier album solo. Cantara, qu'on ne présente plus déboule, pour LE grand moment du concert. Ambiance maghrebine durant Oman. Luth, percussions et clavier, soutiennent la voix de Brendan, qu'il pousse d'ailleurs jusqu'à ses limites. Magique. C'est au tour de Song of the sibyl de nous faire frissonner. Religiosité et atmosphère sacrée. Tristan, chanté par Lisa en solo, s'achève par le début du fabuleux Sanvean. Rien à rajouter, ce titre fait toujours autant de ravages dans les coeurs. Le live s'achève avec la très belle ballade Don't fade away. Autre pièce folk, interprétée par Brendan, et Lance Hogan, guitariste accompagnateur pour l'occasion.

Indispensable, malgré son goût amer de testament.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
L'Oldie de la semaine
Dead Cand Dance - The carnival is over (1993)
Reportage
(30/06/2013)
@ Zénith, Paris
Anastasis
(2012)
Pias
Epure mystique
1981-1998
(2001)
4AD
Cold-wave/world-music/baroque/lyrique
A passage in time
(1991)
4AD
Within the Realm of a Dying Sun
(1987)
4AD
Musique Baroque
Garden of the Arcane Delights - EP
(1984)
4AD
Musique médieval/lyrique
Aion
(1990)
4AD
Musique médiévale
Spleen and Ideal
(1985)
4AD
Cold wave / Lyrique
Spirit Chaser
(1996)
4AD
World ethnique
Into the labyrinth
(1993)
4AD
World-music/lyrique
The Serpent's Egg
(1988)
4AD
musique baroque/lyrique
Dead Can Dance
(1984)
4AD
cold-wave/goth-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters