Accueil | dMute

Dead Can Dance

: The Serpent's Egg



sortie : 1988
label : 4AD
style : musique baroque / lyrique

Tracklist :
01/ The Host Of Seraphim
02/ Orbis De Ignis
03/ Severance
04/ The Writing On My Father’s Hand
05/ In The Kingdom of The Blind The One-eyed Are Kings
06/ Chant Of The Paladin
07/ Song of Sophia
08/ Echolalia
09/ Mother Tongue
10/ U

Assez similaire au niveau des compositions à Within the realm of a dying sun, The serpent's egg change sensiblement d'horizon, délaissant le romantisme et le religieux, au profit d'ambiances mêlant splendeur et mélancolie.
Tout commence avec The host of seraphim. Comment définir un tel chef d'oeuvre..
A ce stade, les mots ne suffisent plus. Lisa chante comme une déesse, portée par un ensemble de violons et choeurs. Inoubliable, et dévastateur pour le coeur. Prière a plusieurs voix et tintements de cloches sur Orbis de ignis, toujours à l'avantage de Lisa. Un orgue et une voix, celle de Brendan, pour le sublissime Severance. Grandeur et mélodie poignante. Inoubliable lui aussi. The writing on my father's hand est une superbe complainte de Lisa à plusieurs voix, posées sur un clavier mélodieux et répétitif. Changement de style pendant In the kingdom of the blind the one-eyed are kings. Orchestral et symphonique, la pression monte, jusqu'à l'envolée finale. La voix de Brendan y est ici tout particulièrement marquante, forte et intransigeante. Chant of the paladin se teinte de sonorités moyen-âgeuses. Hypnotique au delà du raisonnable, l'auditeur se laisse prendre au piège, dans cette spirale sonore où se mêlent cloches, grelots et timpani. Song of sophia est un solo de Lisa, à une voix, puissant et dramatique. Echolalia reste dans le même contexte, avec un échange de phrasé/ chanté, alternant voix masculines et chant féminin. Percussions effrénées pendant l'instrumentale Mother tongue, tour à tour frénétiques, puis calmes et soutenues par la voix de Lisa. Claviers et violons se mélangent à merveille sur Ullyses. Tempo de valse accompagnant Brendan, toujours aussi talentueux lorsqu'il s'agit de retenir l'attention.

Encore un très bon album, qui poursuit l'écriture de la légende Dead Can Dance. Définitivement intemporel.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
L'Oldie de la semaine
Dead Cand Dance - The carnival is over (1993)
Reportage
(30/06/2013)
@ Zénith, Paris
Anastasis
(2012)
Pias
Epure mystique
Spirit Chaser
(1996)
4AD
World ethnique
Toward the within
(1994)
4AD
World-music/lyrique
Aion
(1990)
4AD
Musique médiévale
Dead Can Dance
(1984)
4AD
cold-wave/goth-rock
1981-1998
(2001)
4AD
Cold-wave/world-music/baroque/lyrique
Into the labyrinth
(1993)
4AD
World-music/lyrique
Within the Realm of a Dying Sun
(1987)
4AD
Musique Baroque
Garden of the Arcane Delights - EP
(1984)
4AD
Musique médieval/lyrique
A passage in time
(1991)
4AD
Spleen and Ideal
(1985)
4AD
Cold wave / Lyrique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters