Accueil | dMute

Dead Can Dance

: Dead Can Dance



sortie : 1984
label : 4AD
style : cold-wave / goth-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Fatal Impact
02/ The Trial
03/ Frontier
04/ Fortune
05/ Ocean
06/ East Of Eden
07/ Threshold
08/ A Passage In Time
09/ Wild In The Woods
10/ Musica Eternal
11/ Carnival Of Light
12/ In Power We Entrust The Love Adv

Lorsque Ivo Watt Russell, le PDG de 4AD, entendit les premières démos de Dead Can Dance, il sentit la magie qui se dégageait des compositions et des deux sublimes voix de Lisa Gerrard et Brendan Perry. Le résultat en fût, l'enregistrement d'un album sobrement intitulé Dead can dance, qui déja se démarquait de la plupart des autres productions du label.

Tout débute avec The fatal impact, instrumental plutôt rock et déja teinté de sonorités tribales. The trial se veux plus aggressif, alternant riffs de guitare survoltés et chant grave. Frontier donne une idée de ce que sera l'avenir du son Dead Can Dance. Chant étheré de Lisa, yang ch'in, percussions et atmosphère recluse. Frontier est un très bon morceau, calme et mélodique, Brendan y chante merveilleusement bien. Ocean pousse encore plus loin dans la mélodie, avec arpège de basse et guitare sous chorus. Lisa y démontre une fois de plus ses talents de chanteuse envoûtante. East of eden fusionne les styles et les influences. Chant, guitare et basse axés goth-rock, soutenus par un rythme de percussions, discret et original. Treshold reste dans le même état d'esprit. Guitares et batterie en avant, portées par la voix solennelle de Lisa. A passage in time aura eu le mérite de passer en radio à l'époque, même si il n'est pas tellement représentatif du reste de l'album. Uniquement basé sur un plan classique guitare/basse/batterie/chant, il n'en demeure pas moins un titre accrocheur et intéressant. Wild in the woods fait un peu penser à The Doors, en plus sombre toutefois. Bonne recherche mélodique et expérimentale des instruments. Musica eternal semble venir de nulle part, tant l'ambiance qui s'en dégage est en marge des autres morceaux. Ambient, avec pour seul instrument un yang ch'in, mais surtout la voix aérienne de Lisa, supportée pour l'occasion par celle de Brendan en fond, triste et contemplative.

Lors de son premier pressage, Dead Can Dance s'achevait à la fin de Musica eternal. Puis 4 titres furent ajoutés par la suite, lors d'une réédition. Ces 4 titres proviennent du maxi Garden of the arcane delights sortit en 1984, la même année que Dead can dance. Plus d'informations dans la chronique consacrée à ce maxi.

Pour finir, ce premier opus, bien que peu représentatif du son des prochaines productions du groupe, pose les fondements de l'avenir de Dead Can Dance : deux voix uniques, du talent à revendre et la promesse d'un avenir doré.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
L'Oldie de la semaine
Dead Cand Dance - The carnival is over (1993)
Reportage
(30/06/2013)
@ Zénith, Paris
Anastasis
(2012)
Pias
Epure mystique
Garden of the Arcane Delights - EP
(1984)
4AD
Musique médieval/lyrique
A passage in time
(1991)
4AD
Within the Realm of a Dying Sun
(1987)
4AD
Musique Baroque
Spirit Chaser
(1996)
4AD
World ethnique
Toward the within
(1994)
4AD
World-music/lyrique
Aion
(1990)
4AD
Musique médiévale
Spleen and Ideal
(1985)
4AD
Cold wave / Lyrique
1981-1998
(2001)
4AD
Cold-wave/world-music/baroque/lyrique
Into the labyrinth
(1993)
4AD
World-music/lyrique
The Serpent's Egg
(1988)
4AD
musique baroque/lyrique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters