Accueil | dMute

Lisa Gerrard

: Duality



sortie : 1998
label : 4AD
style : Musique baroque / ethno-lyrique

Tracklist :
1/ Shadow Magnet
2/ Tempest
3/ Forest Veil
4/ The Comforter
5/ The Unfolding
6/ Pilgrimage of Lost Children
7/ The Human Game
8/ The Circulation of Shadows
9/ Sacrifice
10/ Nadir (Synchronicity)

Pas vraiment un album solo puisqu'accompagné de Pieter Bourke, Duality débarque en 98, édité chez 4AD. Assez différent de The Mirror Pool, on peut tout de même ressentir la griffe de Lisa. Percussions en avant, moins orchestrales, claviers omniprésents, et chant lyrique de rigueur.

Shadow magnet ouvre le bal sublimement. L'intro est purement ambiente. Violons analogiques et chant ultra-envoûtant. Puis une derbouka frénétique fait son apparition, suivi de près par des grelots et une flûte lointaine. Le morceau décolle instantanément et se couvre des couleurs chatoyantes de la musique maghrebine. Tempest, que l'on peut retrouver sur la b.o de The Insider, part sur les chapeaux de roues grâce à un rythme soutenu qui n'est pas sans rappeler celui de Frontier sur le premier Dead Can Dance. Alternance de montées explosives, puis de passages rituels, tribaux et hypnotiques à souhait. Quand le passé danse avec le présent. Forest veil se teinte de sonorités asiatiques. Calme et déterminé, le refrain à plusieurs voix envahit l'espace et apporte une sensation de fraîcheur apaisante. The conforter et The unfolding s'enchaînent en un seul et même solo de Lisa, à plusieurs voix également, typiquement baroque. Divine symphonie pour qui sait l'entendre. Retour aux rythmes tribaux avec Pilgrimage of the lost children. On se rend compte de la facilité déconcertante avec laquelle Lisa crée des ambiances mystiques et contemplatives. Une vraie berceuse contre les angoisses. Vient ensuite The human game, seul et unique maxi de l'album. Plus long que la plupart des autres titres, il peut se découper en deux parties distinctes: une intro très lyrique, chant pénétrant posé sur clavecin et, nappes magistrales. Puis un rythme de percus, semi-virtuelles, démarre et fait penser immédiatement à Soma. Surprenant au premier abord, c'est en fait une nouvelle expérience musicale à laquelle se prête Lisa Gerrard. Quelques sons electro vont et viennent, l'ambiance orchestrale monte de façon empirique, on peut même s'apercevoir qu'un beat tech, lent et étouffé il est vrai, restant sous-jacent, invite à la danse immanquablement. Petite précision, Lisa chante en anglais, ce qui constitue là une autre surprise. Retour à l'ambient durant The circulation of shadows et Sacrifice. Toujours aussi profond et touchant. Nadir, beaucoup plus optimiste et festif, réveille l'auditeur endormi. Atmosphère de réjouissance orientée sud-américaine. Percussions traditionnelles et chant exprimant bonheur et gaieté.

Au final un très bon album métissé, surprenant, parfait exemple de mixité sonore entre le passé et le présent. A réserver aux amateurs de voyages immobiles et spirituels.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Immortal Memory
(2004)
4AD
Neo-classique / Ambient
Whale Rider
(2003)
4AD
Ambient mélancolique/lyrique
The Insider (BO)
(1999)
Sony
Ambient mélancolique/lyrique
The Mirror Pool
(1995)
4AD
Musique médieval/lyrique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters