Accueil | dMute

Seelenluft

: Out of the Woods



sortie : 2002
label : Klein
style : Trip-hop / électro-jazz

Tracklist :
01/ L.A Woman
02/ Manila
03/ Bob Grande
04/ Echokiller
05/ Air Condition
06/ Boobsie and Pepsie
07/ Dancing Grandma
08/ Piano J
09/ Evil Frog
10/ Yoa Gongla
11/ Goodnite

Beat Solér aka Seelenluft est de retour avec son troisième album Out of the Woods. C’est un album très privé, qui a été produit très loin de chez lui, à Zürich. A la différence de ses précédentes œuvres, où il utilisait surtout des samples de vieux disques, il travaille désormais avec son Sampler-ROM-Player portable. Le disque dur de son portable contient un large choix d’instruments qui peuvent être joués sur le clavier (un orchestre complet, incluant même un piano à queue ainsi que différents sons de percussions). Au départ, les instruments avaient un son naturel, certains morceaux furent enregistrés live et ensuite réarrangés pour sembler synthétiques.

Cette méthode de production permet à Beat Solér de faire de la musique n’importe où, sans dépendre de son studio à Zürich. Il a donc utilisé cette opportunité sur son nouvel album. "Ce qu’il y a de bien quand on compose sur la route, c’est que l’on s’inspire d’un peu partout. A chaque coin de rue apparaît quelque chose auquel on ne s’attendait pas. On doit ouvrir son esprit – les anciens schémas ne fonctionnent plus – et avoir le courage d’essayer des trucs nouveaux".

Ainsi, Out of the Woods a été conçu dans une chambre à coucher à "Echo Park", Los Angeles. Durant son séjour de deux mois et demi à L.A., Seelenluft a composé les bases de l’album et en a fini la production à Zürich pendant les huit mois qui suivirent. Quand on écoute le troisième L.P., l’inspiration donnée par L.A. est immédiatement repérable. Pour la première fois, Seelenluft intègre aussi le chant. "Au début, j’étais un peu maladroit avec ça, et puis d’écrire le texte me donnait la migraine. Finalement, j’ai trouvé une voix, un enrichissement qui donnait encore plus de caractère à ma musique. Dès la première fois, son chant avait une touche spéciale, une impression 'hors des bois'".

Elbautz, un imitateur d’Elvis qu’il a rencontré dans un karaoké et qui est devenu depuis un membre du Sivercity Bob Orchestra, chante L.A. Woman. Inimitable. "J’ai rencontré Mikemaster Michael Smith, il y a douze ans, dans la zone la plus 'hard' de L.A., où les guerres de gang font toujours partie du quotidien. Je suis allé le voir là-bas avec mon ordinateur portable et je l’ai enregistré en un après-midi. Lara Steward, qui chante sur Air Condition, vient plus du milieu indie de L.A.".

Et puis il y a aussi le pasteur, sur Evil Frog, que Seelenluft entendit à la radio en voiture dans le désert et enregistra sur minidisc. Les chanteurs vietnamiens sur Yoa Gongla viennent d’un magasin de disques à Chinatown et Dancing Grandma fut également enregistré sur minidisc durant un spectacle musical donné par les pensionnaires d'une maison de retraite de Palm Springs. Pour terminer, les musiciens invités : Christian Fischer, qui joue toutes les flûtes traversières, Stefan Briner (sax) et Matthias Bammert (trombone) qui jouent tous les cuivres. Tout le reste est programmé et disponible sur son ordinateur portable.

Chroniqué par
le 00/00/0000

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters