Accueil | dMute

Lovage

: Music to Make Love to Your Old Lady by



sortie : 2001
label : 75 Ark
style : Trip-Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ladies Love Chest Rockwell
02/ Pit Stop (Take Me Home)
03/ Anger Management
04/ Everyone Has a Summer
05/ To Catch a Thief
06/ Lies and Alibis
07/ Herbs, Good Hygiene and Socks
08/ Book of the Month
09/ Lifeboat
10/ Strangers on a Train
11/

Nathaniel Merriweather, l’un des deux célèbres directeurs de la très prestigieuse Handsome Boy Modeling School, sort un album oscillant entre trip-hop, pop et abstract hip-hop bourré de conseil pour devenir un véritable maître de la séduction. Bien sûr, cet album est à prendre avec une gigantesque dose de second degré.

Les skits vocaux sont à mourir de rire et illustrés par une bande de « sexperts » recrutée par Merriweather (qui, je le répète, n’est autre que Dan The Automator, producteur de Gorillaz) : Chest Rockwell (le rappeur Prince Paul), Charmélle Carmel (alias Plug 3, l’un des rappeurs de De La Soul), Afrika Bambaata (pionner du hip-hop) et Damien Thorn VII du Cockfosters Clan (alias Damon Albarn, chanteur de Blur et de Gorillaz).

Mais évidemment, ce ne sont pas les skits vocaux qui font la force de l’album, mais bien sûr les chansons. Merriweather a composé la plupart des chansons et s’est entouré de personnes bourrées de talents : au chant tout d’abord, le merveilleux Mike Patton, chanteur de Faith No More, et de Fantomas, pas méga trip-hop donc, et la non-moins merveilleuse Jennifer Charles, chanteuse de Elysian Fields (assez loin du trip-hop également). Aux platines, on retrouve l’excellent Kid Koala, qui signe deux intrumentaux plutôt bons. L’ambiance musicale est très bonne. Merriweather dit s’être inspiré de l’ambiance des films noirs, ambiance que l’on retrouve assez bien sur To Catch A Thief et Strangers On a Train, de Gainsbourg (eh oui ! Mais là, c’est légèrement plus chaud de voir ce qui a influencé Merriweather). La grosse surprise de l’album est quand même la reprise de Sex (I’m a), carrément hallucinante, où Patton et Jennifer Charles s’en donnent à cœur joie et nous simulent un couple en plein acte sexuel. M’est avis que l’ambiance en studio à dû être tendue (je pourrais dire, tendu comme un slip prêt à craquer, mais pas de jeu de mots douteux, voulez-vous). Bref, cet album est résolument bon, très drôle, assez divertissant, et ravira les fans de trip-hop.

Chroniqué par Traulever
le 00/00/0000

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters