Accueil | dMute

King Krule

: Man Alive!



sortie : 2020
label : Matador
style : Indie rock / Inclassable

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Cellular 02/ Supermarché 03/ Stoned Again 04/ Comet Face 05/ The Dream 06/ Perfecto Miserable 07/ Alone, Omen 3 08/ Slinky 09/ Airport Antenatal Airplane 10/ (Don’t Let The Dragon) Draag On 11/ Theme For The Cross 12/ Underclass 13/ Energy Fleets 14/ Please Complete Thee

La première porte d'entrée d'un disque reste parfois sa pochette. Ici un corps rougeoyant aux dimensions inhumaines laisse deviner par sa posture les initiales du nom de cette nouvelle œuvre : Man Alive! Une forme exclamative qui n'est peut-être par si anodine tant ce troisième opus de l'étrange spécimen Archy Marshall démarre tambour battant. L'arrivée d'un premier enfant dans la vie de l'anglais ne semble pas l'avoir assagit puisque l'album offre dans un premier temps un jaillissement tumultueux de basses profondes (l'inaugural Cellular ci-dessous, Comet Face), de rythmiques qui claquent et de vocalises éructées (Supermarché, Stoned Again) évacuant on-ne-sait quels maux profonds. Il fallait que ça sorte. Et surtout il fallait l'entendre.

Ce qui impressionne d'emblée à l'écoute de Man Alive! c'est l'entêtement avec lequel King Krule continue de creuser son propre sillon sans forcément mettre de l'eau dans son vin. Après le prometteur 6 Feet Beneath the Moon en 2013 (Marshall n'avait alors que 19 ans, et déjà cette voix donnant l'impression d'en faire le double) et l'ambitieux The OOZ acclamé à juste titre par la presse en 2017, King Krule persiste et signe avec cet album certes plus resserré (un peu plus de 40 minutes) mais délivrant in fine une expérience toujours aussi singulièrement déroutante. Une expérience avec du trip et des tripes, entre confort et inconfort. La recette n'a pas foncièrement changé et réconcilie encore les musiques d'un autre âge et une certaine modernité en puisant dans l'abstract hip hop autant que dans une sorte de bossanova lunaire ((Don’t Let The Dragon) Draag On ci-dessous), dans le dub (certains effets de prod) autant que dans le jazz lounge (Theme for Old School). La voix de crooner d'Archy Marshall semble d'ailleurs elle aussi provenir d'un passé oublié.

Cependant chez King Krule, la richesse de ce mélange de composantes n'est jamais indigeste, elle serait même très saisissante bien que clivante, laissant à l'auditeur le choix du lâcher-prise afin de mieux se perdre dans les méandres d'une musique polymorphe ainsi que dans la psyché tourmentée d'un artiste en pleine maîtrise de son pouvoir d'attraction. Si son précédesseur The OOZ possédait la forme éclatée du kaléïdoscope, Man Alive! prend quant à lui celle d'une plongée nocturne dans une accalmie intimiste assez touchante. Ainsi dans sa magnifique deuxième partie, les cris deviennent murmurs, les exclamations se transforment en interrogations diverses et les dernières compositions finissent par tisser entre elles une longue divagation onirique se distinguant sans artifices du tout-venant. Et se distinguer c'est déjà exister.



Chroniqué par Romain
le 21/02/2020

Partager cet article :








A lire également sur dMute :
The Ooz
(2017)
XL Recordings
Inclassable



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 14/11 - Chronique
Laëtitia sheriff - Stillness
mer. 11/11 - Blog
Foxeagle - Waves on Water
mer. 28/10 - Blog
#26 : L'Enfance Rouge
dim. 18/10 - Blog
#21 : Cocon
sam. 17/10 - Chronique
Autechre - SIGN
sam. 10/10 - Chronique
Loving - If I Am Only My Thoughts
mer. 07/10 - Chronique
Deftones - Ohms
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters