Accueil | dMute

Cavern Of Anti-Matter

: Hormone Lemonade



sortie : 2018
label : Duophonic Ultra High Frequency Disks
style : Krautrock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Malfunction 02/ Make Out Fade Out 03/ Phase Modulation Shuffle 04/ Solarised Sound 05/ Outerzone Jazs 06/ Automatic Morning 07/ Feed Me Magnetic Rain 08/ Motion Flow 09/ Remote Confection 10/ Melodies

Le dernier projet de Tim Gane et de son comparse Joe Dilworth, associés au bidouilleur électronique Holger Zapf sous le nom Cavern of Anti-Matter, est certainement l’un des groupes actuels à suivre de très près. Déjà car la paire anglaise nous a procuré de belles heures, si ce n’est dire années, de musique indie pop avec la très underground formation Stereolab. Ensuite car, non contents de s’amuser à faire danser la jeunesse européenne avec des sons d’une autre époque, le trio avait sorti en 2016 le très réussi Void Beats/Invocation Trex, véritable carte de visite de la patte CoAM. L’album était un condensé de pop, de krautrock, et de musique électronique, drivé uniquement par les rythmiques métronomiques de Dilworth, la guitare pop de Gane et les valses de blips et bips de Zapf. Ce dernier est d’ailleurs au centre de la dynamique amenée par Hormone Lemonade, le nouvel opus du groupe berlinois.

L’album est un appel aux sens les plus primitifs. La qualité sonore, rythmique et mélodique des 10 titres du long format transcende l’esprit, mais surtout atteste de l’énorme travail de recherche opéré par le trio pour nous proposer des mouvements dansants et simplistes combinés à des mélodies fortes. Outerzone Jazs ou Feed Me Magnetic Rain nous apportent ainsi un bel échantillon de l’atmosphère astrale de l’album.

Mais qu’a de si rafraîchissant cet Hormone Lemonade ? Tout d’abord, il s’agit d’un album entièrement instrumental. Out les proses revendicatrices de Sonic Boom (Spacemen 3) ou la voix étrange de Bradford Cox (Deerhunter). Ici, ce sont les mélodies qui chantent. Ensuite, il y a cette dualité constante entre les rythmiques dansantes, toutes droit issues d’un club allemand des années 80, ainsi que les échos électroniques cosmiques générés par un méli-mélo de mélodies de synthétiseurs divers et variés et de guitares électriques avec (pas tant que ça) d’effets. L’accrocheur Malfunction nous emmène dans un mouvement mécanique et stellaire et nous rappelle le Autobahn d’un certain Kraftwerk. Tandis que l’électronique planante et rétro-futuriste de Solarised Sound nous semble venir d’une autre galaxie.

Sûr, les trois compères ne cachent pas leurs influences issues du Krautrock, la scène allemande des années 70/80 (Can, Kraftwerk, Cluster). Et pourtant, plusieurs décennies plus tard, on ressent dans l’intention du groupe non pas une simple reprise au goût du jour de cette vague, ni même un hommage plat et froid, mais plutôt la continuité, la suite logique de ce que pouvaient proposer ces groupes propulsés au motorik.

Hormone Lemonade est un album chaleureux et spatial, un équilibre parfaitement calculé entre rythmes dansants et mélodies aériennes. L’album transpose dans le 21ème siècle les sons futuristes d’antan, provoquant une fissure temporelle et musicale où l’on se plaît à se perdre. Aucun doute que le trio de quinqua nous fournira encore de belles heures de musique dans les prochaines années à venir.



Chroniqué par Jonathan
le 04/05/2018

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blood-Drums
(2013)
Grautag
Krautrock / Retrofuturisme



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters