Accueil | dMute

Clément Janinet

: O.U.R.S.



sortie : 2018
label : Gigantonium
style : free-jazz / jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Crions (part 1) 2. Crions (part 2) 3. Ciel 4. Ornette Under The Repetitives Skies 5. Cassiopée 6. Momie 7. Danse 8. Fy 9. Ton pied, mon pied 10. Ours 11. Lila 12. Niana 13. Banyan Tree

C'est un acronyme que le violoniste Clément Janinet a choisi pour intituler son premier effort solo : O.U.R.S. pour Ornette Under the Repetitives Skies. Un titre faisant autant référence au free-jazz d'Ornette Coleman qu'à la musique dite répétitive (Steve Reich, Philip Glass) et donnant les premières clés de lecture qui nous serviront à mieux pénétrer le petit monde jazzistique et retors du français. Derrière cet acronyme il y a également le mot "ours" renvoyant quant à lui à l'animal et à une forme de sauvagerie carnivore et musicophage à l'état naturel. "Liberté, férocité, modernité".

Au sein de son quartet composé du saxophoniste clarinettiste Hugues Mayot, du contrebassiste Joachim Florent et du batteur Manu Scarpa, Clément Janinet livre un album protéiforme qui ne cesse de surprendre par sa richesse, de séduire et de happer l'auditeur dans un tumulte de sensations intenses et complexes, quelque part entre le free-jazz, le néo-classicisme et d'autres choses encore. Peu de groove ou de solos à rallonge ici, les instruments s'attellent plutôt à créer des atmosphères par moments apaisées (la bien nommée Ciel) mais souvent crépusculaires, guidées par un violon à la tension palpable. Le grand Birds of Fire de Mahavishnu Orchestra n'est d'ailleurs pas loin lorsque le groupe s'emporte dans des envolées électrisantes (Crions part 2, Momie et sa contrebasse profonde aux frontières du rock stoner). Une guitare électrique, celle de Gilles Coronado, intervient même à deux reprises pour assombrir le tableau par sa présence (Crions, Ours).

Clément Janinet nous offre ainsi avec O.U.R.S. un beau premier album impressionnant, un joyau noir privilégiant l'ambiance à la technicité et rappelant parfois les dernières œuvres du regretté Esbjörn Svensson (l'excellent Leucocyte), restant d'une part fidèle aux grandes figures anciennes du jazz mais sachant d'autre part ouvrir de nombreuses portes dont celle de la modernité.



Chroniqué par Romain
le 23/04/2018

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters