Accueil | dMute

D.P.U.

: Golden years



sortie : 2018
label : Il Monstro
style : cold-wave, post-rock, indus, electro

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Golden years 2/ Fear 3/ Mad 4/ Le soleil nous aplatit 5/ Mothers and sisters 6/ Et encore 7/ N'oublie pas 8/ Procession

D'emblée, halte aux borborygmes de dépit que pourraient faire remonter chez certains esprits chagrins et sectaires, l'évocation d'un disque qui ne s'étiquetant pas "Jazz" aurait "du saxophone dedans". Certes, cet instrument a pu en son temps être utilisé à mauvais escient, c'est le moins qu'on puisse dire.
Devant à ce sujet plus à Ted Milton et son Blurt ou à John Lurie et ses Lounge Lizards qu'à Billy Joel ou Lou Bega (!), Daniel Paboeuf et son D.P.U. délivrent en ce début de printemps encore imprégné d'hiver un disque tout à fait de saison, et surtout un remède de cheval contre cette pandémie malheureusement toujours latente de ringardite aiguë. Soit dit en passant, on peut se poser la question de qui est redevable de qui, tant Paboeuf arpente les ribines de l'underground breton et d'ailleurs depuis un bail. L'épopée rennaise des Marquis de Sade, Tohu-Bohu etc...Il en était. Afrikaa Bambaata ou l'Elvis éthiopien Alemayehu Eshete, il s'y est frotté. La Part des Anges des Casse-Pipes , il peut en revendiquer une portion non congrue. L'Horizon de Dominique A il l'a enluminé, ses Lueurs il les a contemplé . On en passe et des meilleurs. Surtout des meilleurs.

Non, ce n'est pas demain la veille que Daniel Paboeuf, Hélène Le Corre aka Misstress Bomb H (Third Pole), Nicolas Courret (Married Monk époque Elephant People) et David Euverte (Casse-Pipes tendance Café Du Siècle) se départiront de leurs désirs communs d'explorer, de tenter de nouvelles expériences soniques. Ce troisième Lp, Golden Years, titre programmatique pour un album-concept, en est la preuve. Concept, parce qu'inspiré et dédié à un lieu pour le moins singulier, à savoir la campagne morbihannaise, fief de l'enfance du musicien.

Pour bien cerner ce projet, tout d'abord, il ne faudra pas complètement se fier à sa pochette, où le groupe apparaît certes unis mais aussi avenant qu'un gang en cavale - font flipper non ? Il y là-dedans plus de tendresse qu'on ne le croit.
Après, si le "son" de D.P.U. reste ourlée de lumière, il faudra vous faire à l'idée qu'elle sera changeante, de celles qui fondent vite vers les ténèbres. Enfin, devant cet impressionnant étalage de forces instrumentales, ici cold-wave, là post-indus ou electro-dark, toujours très rock finalement, il vous faudra accepter le fait que chez eux les mots n'en mènent pas large, devenant simple murmures, longue scansion (Paboeuf "chantant" comme le fils putatif de Lydia Lunch et Rodolphe Burger) pour raser les murs de tous ces sons tempétueux et se barrer fissa, faisant place nette à la musique.

Attention, il ne faut pas croire que rien ne soit mis en oeuvre pour rendre agréable la découverte du paysage à tous les passagers volontaires de cette odyssée. Bien au contraire. Bon sang, que le voyage est bon !Univers tendus de landes élimés et tapissés de frissons mordants, le monde qu'offre D.P.U. ne s'arpente pas sans dommages. Et paradoxalement, quelle erreur se serait de ne pas tenter d'y plonger, tant il agira c'est quasi certain comme la glace sur le feu de vos contusions d'explorateur-auditeur, nouvel Ulysse que vous voici à leur contact devenu.

Chacun des huit titres de ce Golden Years, du départ à la Procession finale, a ses propres vertus. Un véritable précis de pharmacopée. Lancinances électriques, dissonances de glitch et infectieuses fragrances cuivrées, toutes vouées à cette drôle de danse. Celle des souvenirs. Un ballet qui revêt là une grâce inquiétante et délirante : une myriades d'images d'un "âge d'or" mi-fantasmé mi-vécu, à la fois révolu et tellement présent. Un passé qui remue encore avec son lot de désirs, de joie mais aussi de peine. Et à la clé, une belle poignée de madeleines...de rouste.
Ouais, on a pris une belle claque !



Chroniqué par Yvan
le 16/04/2018

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters