Accueil | dMute

Radian

: On Dark Silent Off



sortie : 2016
label : Thrill Jockey
style : Post Rock / Expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Pickup Pickout
02/ On Dark Silent Off
03/ Scary Objects
04/ Recreate Loved Objects
05/ Blue Noise, Black Lake
06/ Codes And Sounds
07/ Rusty Machines, Dusty Carpets

C'est avec une constance exemplaire que Radian poursuit sa route de groupe instrumental pas comme les autres. Déjà auteur de quelques albums passionnants (Juxtaposition en 2004, Chimeric en 2009), le trio autrichien revient avec un album qui met une fois de plus en lumière son goût singulier pour les constructions éclatées, ou les déconstructions assemblées selon le ressenti que l'on peut en avoir. Car là où la majorité des groupes de rock expérimental s'intéressent aux ambiances et aux projections quasi cinématographiques dégagées par leurs compositions sur la longueur, Radian travaille toujours la matière sonore de sa musique en opérant une mutation radicale entre ses différents composants, ces derniers étant souvent livrés comme autant de violents artefacts à l'oreille chaste de l'auditeur.

Après 7 ans d'absence et une collaboration assez décevante avec le chanteur Howe Gelb en 2004, On Dark Silent Off a d'une part la légère faiblesse de ces albums qui ne proposent rien de foncièrement nouveau au sein d'une discographie, mais celui-ci détient d'autre part la grande force de ces oeuvres particulières et aventureuses redorant le blason d'un genre ne bousculant plus grand monde aujourd'hui (le post-rock au sens large). Pas de surprise donc, ce nouvel album ouvre comme ses prédécesseurs une brèche électro-rock dans laquelle le trio s'engouffre pleinement. Dans cette brèche il ne s'agit plus de fusionner les éléments propres au rock et à la musique électronique comme cela se fait plus communément, mais il s'agit plutôt de les provoquer en duel à travers des compositions faisant la part belle aux parasites, aux "glitchs". Martin Siewert (guitariste ayant remplacé Stefan Németh), John Norman (bassiste) et le génial batteur Martin Brandlmayr achèvent enfin par leurs jeux millimétrés de rendre la cohérence du projet on ne peut plus imparable.

Qu'est ce que l'on écoute réellement dans un album de Radian ? Est-ce du noise rock industriel reprogrammé par des découpages/collages d'ordinateurs devenus maîtres ? Ou serait-ce alors des sonorités électroniques et autres rythmes technoïdes réinterprétés par un groupe de rock sophistiqué dont les musiciens seraient des hommes-machines ? Et surtout qui de l'homme et de la machine nourrit l'autre dans cette musique incertaine, pleine de fêlures et d'une profonde étrangeté ? Si les pionniers du krautrock s'étaient déjà attelés à ce genre de manipulations, Radian sème un trouble nouveau en poussant l'expérience dans ses derniers retranchements, conditionnant sa musique en deux gestes, lui asséner des coups secs d'abord et lui passer ensuite du baume réparateur. On Dark Silent Off brille ainsi autant par son aspect destructeur que pour son art savant de l'assemblage et du montage, cultivant là un beau paradoxe: celui du chaos organisé.



Chroniqué par Romain
le 11/11/2016

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Top
Bilan 2016
Reportage
(04/04/2014)
@ Centre Barbara de la Goutte d'Or



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters