Accueil | dMute

Leftfield

: Alternative Light Source



sortie : 2015
label : Infectious Music
style : Techno / Dub / Progessive House

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Bad Radio / 2. Universal Everything / 3. Bilocation / 4. Head And Shoulders / 5. Dark Matters / 6. Little Fish / 7. Storms End / 8. Alternative Light Source / 9. Shaker Obsession / 10. Levitate For You

Il est toujours intéressant de voir resurgir des tréfonds de l'histoire, un groupe pionnier devenu comme un mythe au sein de la musique. On se questionne sur le pourquoi de ce retour, ainsi que sur les évolutions que la formation a pu subir. Alors penchons-nous sur Leftfield, formation devenu mythique qui installa l'Angleterre comme un phare dans la culture électro, au cours des années 90. Neil Barnes et Paul Delay étaient les pilliers d'une scène techno crossover, au même titre que les Chemical Brothers ou Underworld. Découvert en 1995 avec un premier album baptisé Leftlism, puis Rhythm And Stealth en 1999, le duo anglais traversa plus d'une décennie dans le silence. 16 ans au cours desquels Leftfield n'accoucha que d'un best-of et d'un live enregistré en Australie, pour se rappeler brièvement à nos esprits déjà ailleurs. Il est clair que son retour aura fait nettement moins de bruit que celui des Chemical Brothers ou de The Prodigy, en partie à cause de ce manque de nouveautés.

Neil Barnes, seul aux commandes de Leftfield après le départ de son acolyte, joue sur le revival 90's qui imbibe la sphère musicale, pour réaliser ce troisième album intitulé Alternative Light Source. A la première écoute, force est de constater que Leftfield possède une pleine maîtrise de ses moyens techniques, sachant construire une techno aux rondeurs dub de qualité. Il dispose ça et là des morceaux de chants sur ses mélodies pour une alchimie élégante, quelque peu éloignée des carcans bruitistes qui façonnent la scène actuelle. Quelques instruments, comme une guitare sèche sur le titre éponyme, parsèment le tissu sonore de ses compositions, pour un mélange synthétique/organique qui ouvre sa musique sur des ambiances rafraîchissantes.

A noté que Neil Barnes a su s'entourer en collaborant avec Sleaford Mods sur le titre Head And Shoulders, Tunde Adebimpe sur Bad Radio ou encore Channy Leaneagh du groupe Poliça sur Bilocation pour citer les noms les plus connus. L'ensemble n'est pas révolutionnaire mais propose des titres de qualité. Alternative Light Source n'est évidemment pas le disque à écouter en premier pour découvrir Leftfield. Sans se perdre dans le passé, en proposant des sonorités surannées, Neil Barnes produit une musique moderne, revitalisant une formation qui retrouve difficilement sa place après une absence prolongée. Sans décevoir, Alternative Light Source ne provoque pas de grands frissons mais reste source de plaisir.



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 26/06/2015

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters