Accueil | dMute

Toju Kae

: Unfold



sortie : 2015
label : Neopren Records
style : Electronica / ambient / Slow House / Deep-House

achat/téléchargement

Tracklist :
A1 : Deintag / A2 :Eyelids / A3 : I Want To Be A Pilot / A4 : Buscheli
B1 : Nightwalk / B2 : Tarmac / B3 : Clean Cut / B4 : Eyelids (Pol R Remix)

Après un premier album intitulé Villa/11 Rooms en 2013, le producteur suisse d'electronica/ambient Florentin Berger-Monit a.k.a Toju Kae nous offrait Shades l'année dernière, un Ep dans la mouvance deep-house, grâce à des compositions délicates aux beats entêtants. Il poursuit son œuvre en sortant Unfold, toujours sur le label Neopren Records.

En l'espace de 7 titres, et d'un remix, ce disque parvient à transformer notre vision de l'electronica. Toju Kae imagine des mélodies infiniment délicates, qui se chargent d'objets sonores décalés, en témoigne le morceau I Want To Be A Pilot, qui rappelle les créations de Nicolas Jaar. On se surprend à planer sur Deintag, plage sonore d'ambient, teintée par des percussions évanescentes, pendant que les motifs organiques en filigrane de la mélodie viennent habiter notre esprit. Sur Buscheli et Nightwalk, Toju Kae y sample quelques voix, joue sur des tempos lents, rythmés par l'apparition de beats feutrés, pour un ensemble slow house intriguant. En contraste à ces titres, on découvre des mélodies plus rapides, à la manière de Clean Cut, qui déverse une deep-house, dopée par des arrangements lumineux. Il construit sur Tarmac, une plage aérienne aux ondulations hypnotiques, d'où émerge progressivement une atmosphère dansante et rêveuse.

Bref, la musique de Toju Kae dessine les contours d'un dancefloor poétique, lorsqu'il fait pleuvoir de ses synthés un déluge nerveux de rythmes éthérés, ou qu'il délivre des nappes synthétiques planantes. C'est un univers luxuriant dans lequel nous pénétrons avec Unfold, à la croisée de la slow house et de l'ambient, de la deep-house, l'electronica et l'IDM. Son imaginaire acoustique foisonne de références qui s'enchevêtrent pour une alchimie remarquable. On sent l'influence du label Warp Records dans ces combinaisons de sons, bien que Toju Kae s'inspire avant tout du travail de l'artiste Four Tet.

Les textures denses de l'album conservent leur clarté au fil de l'écoute, pour un ensemble céleste, jouant sur les tempos et les harmonies. Il est des artistes peu connus qui méritent d'avoir une place plus importante dans la musique. Gageons que Toju Kae obtienne la reconnaissance du public, pour le voir un jour en live près de chez soi.



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 07/07/2015

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters