Accueil | dMute

Rome Buyce Night

: The Indian Castle Of Marocco



sortie : 2015
label : Zéro égal petit intérieur
style : Rock progressif / Krautrock / Psyché-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Rome Buyce Night
02/ Blonde Peroxydée
03/ Le pays des possibles
04/ Blue Elephant
05/ Sasha Adèle et les autres
06/ Froid, photographique

Avec The Indian Castle Of Marocco, le quatuor Rome Buyce Night frappe fort, tant les 6 titres proposés ici sont un concentré de ce qui se fait de mieux sur la scène rock indé française. On est en présence d'un groupe qui mêle avec brio les genres, passant d'un rock psychédélique à un krautrock sans briser la cohérence ou se perdre dans une technique bancale. Après Ann Arbor, Rome Buyce Night confirme qu'il est un groupe à suivre pour les amateurs de post-rock.

Le disque s'ouvre sur le titre éponyme, une véritable décharge à mi-chemin entre un rock progressif et noise. Sur des rythmiques percussives denses, un jeu de guitares abrasives imprègnent la mélodie d'une texture chauffée à blanc, rendu dingue vers la fin du morceau par une clarinette hystérique, avant que quelques notes de synthé ne viennent éteindre le brasier. Rappelant certains morceaux de Noir Désir, le quatuor propose d'entrée de jeu une esthétique sonore radicale. On poursuit la visite par Blonde Péroxydée. Psychédélique à souhait, l'écrivain Jérôme Orsoni déclame un chant poétiquo-narratif, rapprochant Rome Buyce Night du travail de Michel Bulteau. On divague avec le groupe dans un trip sonore où les échos de synthés enveloppent notre être pour l'emmener aux Pays des possibles, titre sonnant seventies, avec un penchant atmosphérique. Les modulations du tempo produisent une ambiance psychédélique qui inspire à la rêverie.

Rome Buyce Night nous conduit dans les tréfonds de son imaginaire collectif. On pénètre alors dans Blue Elephant, avec un synthé languissant et des percussions lentes, alors que des guitares hypnotiques guident l'auditeur vers la transe. S'ensuit Sasha Adèle et les autres, titre plus mélancolique par son ouverture au piano qui donne de la consistance au tissu sonore de l'album, ouvrant le champ des possibles tout en maintenant une cohérence mélodique. Il découle de ce titre une musique sombre et belle, résonnant comme la parfaite illustration d'un drame qui marque l'existence. Une idée peut-être simple, mais pas simpliste dans les faits. La beauté violente du titre retranscrit avec grandeur et délicatesse cette pléthore d'émotions qui nous accompagne. Enfin, Froid, photographique dévoile une mélodie plus noire et plus violente, sur laquelle résonne un texte surréaliste qui s'emporte vers la folie. Ce spoken word en français s'accorde parfaitement avec la poésie électrique des instruments, traçant une voix vers un psychédélisme froid, à la lisière de l'expérimentation, réconciliant rockeurs et avant-gardistes.

Sans chercher l'élitisme, Rome Buyce Night produit une musique exigeante qui fait s'écrouler les barrières, entre les genres, comme entre les publics, apportant à ceux qui aime le rock et ses variations, une réponse à la question "existe-t-il encore du rock français ?".



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 24/06/2015

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Playlists
Titres en écoute - Juin 2015
Ann Arbor
(2010)
Zéro égal petit intérieur
Post-rock
Reportage
(01/02/2008)
@ Gambetta
Reportage
(27/02/2006)
@ Café de la Plage
Luminaires
(2005)
Zéro égal petit intérieur
Post-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters