Accueil | dMute

The Inward Circles

: Belated Movements for an Unsanctioned Exhumation August 1st 1984



sortie : 2015
label : Corbel Stone Press
style : ambient / néoclassique

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Petition For Reinternment
2/ To Your Fox-Skin Chorus
3/ Canis, Lynx, Ursus: Awake, Arise, Reclaim

Le violoncelliste Richard Skelton est l'auteur d'albums aussi magnifiques que Landings en 2009 et Verse of Birds en 2012. En parallèle à l'oeuvre qu'il publie son sous nom de baptème, Skelton mène de multiples projets (Clouwbeck, A Broken Consort ou Carousell), dispersant ainsi sa musique tout en nuances de gris comme on disperse des cendres après inhumation. La compilation Skura et ses 12 heures de musique ininterrompue étalée sur 6 ans (2005-2011) rendait d'ailleurs bien compte de l'étendue de l'oeuvre du britanique, en balayant la plupart de ses avatars.

Absent de cette monumentale anthologie et pour cause, The Inward Circles est son dernier projet en date. Si le premier volet, paru il y a quelques mois seulement et intitulé Nimrod is Lost in Orion and Osyris in the Doggestarre, s'intéressait aux astres voilant le ciel, ce second opus explore quant à lui le fond de la Terre en faisant référence à l'Homme de Lindow, une momie de 2000 ans découverte le 1er août 1984 dans une tourbière de Lindow Moss en Angleterre. Entre le ciel et la terre, c'est pourtant une musique toujours aussi doucement mortuaire qui nous accueille.

Richard Skelton a ce don de construire une musique sans âge où la temporalité, ou plutôt la manière dont sa musique peut s'étirer sur la durée, devient un élément crucial en soi. Cette longue composition d'une heure est une pièce à la fois lancinante et languissante, découpée en plusieurs mouvements où le bois de son violoncelle vient se faire imperceptiblement grignoter par des parasites électroniques pour revenir ensuite à son état naturel dans un long va-et-vient. Les "mouvements" de cet album forment ainsi plusieurs déplacements de balancier qui se créent entre puretés et impuretés, entre strates silencieuses et montées sonores crissantes, entre finitudes et éternels recommencements.

La musique de Richard Skelton possède aussi et surtout un fort pouvoir d'évocation, produisant à la chaîne des images cinématographiques nous ramenant à certains chefs d'oeuvre post-apocalyptiques des maîtres du cinéma de l'Est, un cinéma d'ambiances sachant lui aussi tirer profit de l'étirement du temps. Et en effet, comment ne pas penser au Stalker de Andreï Tarkovski ou plus récemment au Cheval de Turin de Bélà Tarr à l'écoute de cette musique donnant à entendre religieusement la beauté des ruines.



Chroniqué par Romain
le 27/04/2015

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
The Neckar Blues
(2015)
Corbel Stone Press
Modern Classical



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters