Accueil | dMute

Bambounou

: Centrum



sortie : 2015
label : 50Weapons
style : Techno de Detroit / House / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Where 02/ Composer 03/ Fire Woman 04/ Excluding Natalia 05/ S.A.C. 06/ Each Other 07/ Oez 08/ At The Mirror 09/ 0 To 1 10/ I Ride

Bambounou se fait connaître sur Sound Pellegrino, le label de Tekilate. Aujourd'hui âgé d’à peine 24 ans, le dj joue déjà aux côtés de Benjamin Damage ou Cosmin TRG. Il traverse la nuit en faisant vibrer les corps qui recherchent la transe sur le dance-floor des clubs parisiens.

Artiste montant de la scène électro française, Jéremy Guindo-Zegiestowsk a.k.a Bambounou, revient avec son deuxième album, baptisé Centrum et produit sur 50 Weapons, le label de Modeselektor. Celui-ci s'intègre en réalité dans un diptyque : le précédent Orbiting, envolée électro à travers la voie lactée, était la première partie de sa création. Bambounou propose maintenant sa vision musicale du retour sur Terre, dans un futur tourmenté.

Bambounou reprend les rythmes cosmiques de la Techno de Detroit et de la House de Chicago. L’esthétique bass-music s’amenuise au profit d'une approche footwork faisant la part belle à des compositions chargées en beats nerveux et boucles entêtantes, avec une touche ambient assez sombre.

La descente sur Terre commence avec Where, track chaotique qui immerge l’auditeur dans une atmosphère froide et frénétique. Les synthés se font crispants, propageant des sonorités qui se glissent jusqu’aux confins du cerveau.

Un contraste naît avec les tracks S.A.C., 0 to 1 et Fire Woman, plus apaisées. On y perçoit les réminiscences de l’univers science-fictionnel du mythique duo Drexciya. Les rythmiques saccadées y sont chaudes et synthétiques, invitant à s’enfoncer dans un univers très visuel.

On l'a dit : si la techno de Bambounou s’inscrit dans l’héritage de Detroit, travaillant des sons futuristes, la house de Chicago traverse également l’œuvre du dj, avec des morceaux comme I ride ou Excluding Natalia, au travers desquelles il produit des rythmes percussifs qui confèrent à son style un côté sauvage. Les nappes sonores se superposent, donnant à entendre des mélodies denses et obsédantes.

Si les références semblent évidentes, voire trop appuyées, le musicien paraît avoir trouvé la musique la plus adaptée pour s’épanouir. Pour autant, Centrum perçoit le futur avec un regard anachronique, faute de parvenir à puiser dans toutes ces influences un son réellement innovant.

L’album est teinté d’une couleur analogique, les arrangements sont résolument modernes mais Bambounou gagnerait à se dégager du carcan passéiste qui formate son œuvre. Heureusement, son jeune âge nous permet de penser qu’il est un artiste à suivre au vu de son grand potentiel. Sa techno cosmique si redoutable risque de devenir incontournable à l’avenir.



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 15/04/2015

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Top
Nos sélections 2015



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters