Accueil | dMute

Ryley Walker

: Primrose Green



sortie : 2015
label : Dead Oceans
style : Folk / West Coast / Jazz / 70's

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Primrose Green 02/ Summer Dress 03/ Same Minds 04/ Griffiths Bucks Blues 05/ Love Can Be cruel 06/ On the Banks of the Old Kishwaukee 07/ Sweet Satisfaction 08/ The Hight Road 09/ All Kinds of You 10/ Hide in the Roses

C'est un inévitable cliché qui nous vient à l'esprit à l'écoute du nouvel album du chicagoan Ryley Walker : son univers folk colle très bien au printemps et aux beaux jours qui reviennent ! Et avec Primrose Green, nous sommes loin des productions folk « à la mode » : barbus, tristesse et chemises à carreaux en renfort. La musique de Ryley Walker est plutôt hantée par le spectre de Nick Drake, qui plane, accompagné d'un orchestre de grands musiciens.

On dit souvent que la lecture des premiers mots d'un roman nous permettra de savoir s'il sera bon ou non. C'est aussi valable pour un album. Avec Primrose Green, les premières notes nous enchantent déjà et nous happent au gré d'un voyage revitalisant ! Ce qui frappe dès les premiers instants est la dexteritée mélodique dont sembe faire preuve Ryley walker à la guitare ; ce qui n'est pas sans rappeller le guitariste James Blackshaw. Mais Walker à plus d'un tour dans son sac ! La preuve en est avec Summer Dress et Same Minds qui sont des titres jazzy dans la tradition west coast, à l'image des productions du pianiste Paul Moer. Sans pour autant tomber dans le genre "musique d'ascenseur", cette touche jazz apporte une certaine fraicheur et un "swing" qui colle très bien au folk. C'est aussi dans les seventies, toujours hantées par les espaces de l'ouest américain, que nous emmène Walker, dans les hauteurs de S.F. ou de L.A (le choix reste libre) : All Kind of You sent bon Happy Sad de Tim Buckley. L'aventure Walker, c'est surtout le don de nous ensorceler avec sa guitare et sa voix ! La country Griffith Buck's Blues, est habité par un chant qui relève parfois de la vocalise et qui nous ballade jusqu'en orient tout en passant par le spectre de Jack rose avec The High Road.

On pourrait penser que cette liste d'influences (il y en a beaucoup d'autres, notamment Tim Hardin) aurait pu donner une pâle imitation vue et re-vue d'albums du genre. Fort heureusement Ryley Waker est un virtuose qui sait manier la musique et qui a sa propre patte. Un musicien qu'il faut suivre à tout prix ! Enfin de la folk emprunt d'une paisible et voluptueuse mélancolie ; qui sent bon le soleil et le road-trip Californien. Primrose Green de Ryley walker est à mettre dans toutes les oreilles !



Chroniqué par Thomas
le 30/03/2015

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters