Accueil | dMute

Worriedaboutsatan

: Even Temper



sortie : 2015
label : This Is It Forever
style : House minimale / Post-rock / ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ I'm Not Much, But I'm All I Have 02/ Sleep Of The Foolish 03/ Baychimo
04/ Church Of Red 05/ MV Joyita (feat. Morgan Visconti) 06/ A Damaged Magician 07/ Jaki 08/ All Safe, All Well

Avec Arrivals, son premier album sorti il y a maintenant six ans, Worriedaboutsatan s’était affirmé comme l’une des meilleures découvertes du label Gizeh Records. Le jeune duo anglais de Leeds, désormais basé à Bradford, banlieue de Manchester, fait aujourd'hui son retour sur son propre label This Is It Forever avec un nouvel album Even Temper. Dans la continuité d'Arrivals, les britanniques font de nouveau preuve d’une remarquable maîtrise de leurs moyens, déchargeant un son à la croisée du post-rock, des plus récentes productions house minimale et d’une électronica dissonante.

En français, le nom de ce nouveau projet signifie « Humeur constante ». Un titre qui est à l’image de la cohérence sonore que le duo établit entre ces œuvres, fragments d’une même déflagration technoïde. L’album démarre sur le radical I’m Not Much, But I’m All I Have : un drone d’une grande légèreté libère un cluster plein de noirceur dans l’atmosphère tandis que s’étend lentement un soundscape évanescent. Des beats feutrés, comme l’écho lointain d’un pas, invitent alors à s’enfoncer dans cet album à la fragile mélancolie.

Au fil du voyage, on surprend les tracks Baychimo et Sleep Of The Foolish, véritables pépites électro. A nouveau, le duo produit un son drone aux allures ambiant qui se métamorphose en house minimale au fil d’un rythme minutieux. Worriedabaoutsatan développe une esthétique tout en finesse, le découpage de chaque arrangement se révélant d'une précision chirurgicale et servant un propos toujours plus fantomatique.

Worriedaboutsatan échaffaude des titres d'une rare efficacité tout en créant des atmosphères sous tension, grâce par exemple à des murmures glaciaux et éthérés - on pense à l'apparition de la voix de Morgan Visconti sur le titre MV Joyita - ou encore en recourant à des sursauts post-rock, comme sur Church of Red ou Jaki. L’architecture musicale s’apaise finalement avec All Safe, All Well, conclusion grandiose à ces montagnes russes musicales qui s’élançaient vers des territoires chaotiques. Le voyage s’arrête sur un son ambiant et mélancolique, étouffant pour de bon l’agitation sonique.



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 17/03/2015

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Arrivals
(2009)
Gizeh Records
Tech-tronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters