Accueil | dMute

Anthony Naples

: Body Pill



sortie : 2015
label : Text Records
style : House / Electronica / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Riz 02/ Abrazo 03/ Changes 04/ Way Stone 05/ Refugio 06/ Pale 07/ Used To Be 08/ Miles

C'est au courant de l'année 2012 qu'Anthony Naples se fait connaître de la sphère house grâce à la sortie de son premier single Mad Disrespect. Il est alors remarqué par le duo de producteurs et musiciens Eamon Harkin / Justin Carter. Les deux hommes, créateurs du label Mister Saturday Night Records, décident de produire son premier EP éponyme, Mad Disrespect. Naples en profite pour réaliser des performances comme le Fact mix 375 pour Fact Mag, un set house dans la plus pure tradition du genre mais parfaitement transcendant. Avec un style résolument deep house qui emprunte également à la techno de Detroit et à l'electronica, Anthony Naples connaît une ascension rapide et sort plusieurs autres EP et singles sur différents labels : Rubadub, The Trilogy Tapes et maintenant Text Records. Son arrivée sur le label de Four Tet ne doit rien au hasard puisque Naples avait déjà réalisé un remix fabuleux du titre 128 Harps, point de départ de sa collaboration avec le célèbre londonien.

On commence l’écoute de ce premier LP avec Ris, une track au style ambiant parsemée de boucles lentes et répétitives. Naples créé un soundscape duveteux, embarquant l’auditeur sur une nappe de synthé claire et légère. De nouveaux sons viennent ensuite se greffer tel ce beat plus rapide qui imprime un mouvement d'accélération à l'intérieur de la mélodie. L’architecture sonore s’écroule enfin au son d'un ample grésillement jusqu’à son extinction totale. On progresse ensuite au grès de variations sonores plus appuyées, notamment avec Abrazo, une track house au ciselage percussif et au synthé aérien. On découvre aussi de belles petites beautés assez étranges comme la cosmique Pale ou Way stone, qu’il est difficile de définir tant Naples a travaillé ces compositions jusqu'à leur conférer un aspect minimal. La house reste toutefois le fil d'arianne d'Anthony Naples, comme l'illustre encore Refugio, un titre conçu pour le dancefloor mais toujours accompagné de sonorités electronica sensibles et envoutantes.

On retrouve en conclusion de l’album une track ambiant plus déstructurée, Miles, qui est aussi la plus longue de l'album avec ses six minutes au compteur. Miles se compose de beats nerveux, de percussions à l’allure sud-américaine, le tout englobé dans une nappe aérienne qui dessine les contours d’une atmosphère lancinante et dansante. A la moitié du morceau, Anthony Naples évincent les beats et les percussions organiques. Il remplace le tout par des sonorités électriques qui le font verser dans une electronica plus douce, mais aussi plus sombre : les rythmes se font plus intenses, les sonorités synthétiques plus froides avant que tout s’effondre dans le silence.

En conclusion, Body Pill est un écosystème : organique ou synthétique (alliant parfois les deux), abstrait ou mélodique, clair ou obscur, chaud ou froid. Anthony Naples nage dans un kaléidoscope dont les variations infinies invitent à de multiples interprétations. Ce mini album, s’il ne révolutionne rien, a quand même le mérite d’incarner une tradition house/electronica de qualité, dans la veine de ce que produit Four Tet à la tête de Text Records.



Chroniqué par Etienne Poiarez
le 11/03/2015

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters