Accueil | dMute

Death Blues

: Ensemble



sortie : 2014
label : Rhythmplex
style : Post-rock foudroyant

Tracklist :
01/ Consonance 02/ Participant 03/ Loss 04/ Unseen 05/ Reentry 06/ Languaging 07/ Obtain 08/ Entrainment 09/ Onward

Il est des artistes dont l'ambition - la confiance qu'il porte en leur projet, est si démesurée qu'ils semblent hermétiques avant même qu'on les aborde.

Lorsqu'on s'attaque à la préface (signée Jon Mueller lui-même) du recueil d'essais qui accompagne ce Death Blues Ensemble, c'est exactement ce qu'on ressent. La volonté, de par ses propres mots, de traduire la complexité de la perception humaine, des couches de vérités et des masques que l'on porte et qui forment ensemble le labyrinthe de nos vies, parait aussi louable que démente.

Au grès des huit essais qui composent ce livre se dessine une intention pourtant pertinente : la dépression, le déni, la mort, le sacrifice, la foi, l'aliénation, chaque auteur apporte sa pierre à l'édifice complexe de la conscience humaine, et au comportement qu'elle induit.

Cette lecture amène néanmoins une question évidente : quid de la musique? Face à des thématiques si fortes, si profondes, n'aurait-il pas mieux valu que Death Blues Ensemble reste un recueil de textes et d'images?

Inspiré par un précédent album de Jon Mueller, Death Blues - sur lequel il expérimentait avec la guitare frappée, Death Blues Ensemble, le disque, est une fresque épique, allègre & infernale sur l'Homme, un travail de deux ans d'une envergure folle, d'une profondeur abyssale et qui, pourtant, reste humble et, d'une certaine façon, accessible.

L'ambiance qui s'en dégage à quelque chose d'unique, aussi bien de part ses compositions, à la fois épaisses et limpides, morriconesques en diable, véhiculant pléthore d'émotions troubles, que par le son qui les traduit.

La production de Death Blues Ensemble est remarquable : les cordes sonnent comme des sirènes, les percussions comme des tremblements de terres ; on est au cœur d'un volcan, quand lentement tout s'efface, et seule résonne une guitare rocailleuse sur un parterre d'orchestre éthéré. Jamais l'équilibre entre grandiloquence et intime n'aura été si finement élaboré, si impressionnant par le vertige qu'il procure.

Jon Mueller et ses acolytes livrent ici un album primitif, d'une l'ampleur viscérale, comme si Nick Cave & Warren Ellis s'étaient associés à Michael Gira pour écrire une bande son à la bible, la musique des origines dépouillée de ses oripeaux hollywoodiens, aussi belle que terrifiante.

L'album est difficile à étiqueter ; ses morceaux, totalement imprévisibles, font côtoyer sans sourciller folk, rock psychédélique, musique concrète, orchestre de chambre et consonances orientales, le tout entremêlé avec subtilité et ordonné en longs mouvements baroques.

Partout, tout le temps, on cherche un élément reconnaissable, familier ; là du Swans, ici du Grails, peut-être même du Godspeed You! Black Emperor, mais en vain, Death Blues Ensemble est un disque unique, ambitieux, à travers la musique duquel résonnent des thématiques si puissantes qu'on ne peut qu'abdiquer à son écoute.

Il porte le caractère tranché de ses auteurs, et jamais ne s'écarte de son chemin de croix. C'est un album redoutable, magnifique ; on y danse, on y meurt : c'est une oeuvre d'art.



Chroniqué par Matthias Fuchs
le 20/10/2014

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters