Accueil | dMute

Powerdove

: Arrest



sortie : 2014
label : Murailles Music
style : folk / Musiques improvisées

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ When You’re Near 02/ Into the Sea 03/ Easter Story 04/ Be Mine 05/ Seeing It 06/ After Dark 07/ Weeping Willow 08/ You Can Make Me Feel Bad (Arthur Russell cover) 09/ Paper Tiger 10/ Birdsong 11/ Ordinary

Après plusieurs écoute d'Arrest, le nouvel album de Powerdove, la tentation est grande de citer John Cage : « Je n'ai jamais écouté aucun son sans l'aimer ». Les sons émanant du petit orchestre mené par Annie Lewandowski étant justement ce qu'il y a de plus curieux dans la musique de Powerdove, qui propose un voyage musical en équilibre instable mais toujours séduisant!

Il est difficile de trouver des mots pour décrire l'univers, tantôt postoral, tantôt plus tumultueux, que compose le trio en faisant s'entremêler les mélodies de la folk et les détours dissonants de la musique improvisée. Ses membres sont bien sûr des improvisateurs chevronnés: on a déjà eu le plaisir d'écouter Annie Lewandowski au sein des Curtains mais aussi au côté du guitariste Fred Frith ou de Charles Hayward, le batteur de This Heat. Ses deux partenaires ne sont pas en reste : le guitariste John Dieterich est membre de Deerhoof et Thomas Bonvalet, le guitariste fou du duo Cheval de Frise, a également été aperçu au sein de Arlt.

Outre l'improvisation, le groupe excelle dans ce jeu qui consiste à utiliser des bizarreries sonores ou à inventer des sons distordus ou revêches. When you're near est un bon exemple de la méthode de composition de Powerdove, les instruments utilisés étant pour le moins mystèrieux à l'oreille : on imagine un cor, une viole à roue amplifiée ou une guitare préparée s'entortillant jusqu'à former un maesltrom bruitiste. A l'image de ce titre, Arrest est un cabinet de curiosités où s'empilent les vieilles boites à musique, les metronomes défectueux et les instruments les plus originaux...

Cet enregistrement détonnant comptent d'autres atouts : enregistré en un jour à San Francisco, son homogénéité et sa poésie s'imprègnent du miracle de l'instant. Outre le brillantissime Weeping Willow et les plus contemplatifs Seing It et Ordinary, même les reprises de leurs précédents disques (Be Mine, Easter Story ou encore Birdsong figuraient déjà sur leur premier opus éponyme) prennent d'autres couleurs dominantes, bref s'imprègnent encore de mystère. Seul le chant terrien et poétique d'Annie Lewandowski reste tel un fil d'arianne indéfectible dans les méandres de cette musique nouvelle.

Powerdove est donc parfait pour s'initier à ce genre de musique avant-gardiste ou improvisée! A l'image de la troublante reprise de You Can Make Me Feel Bad d'Arthur Russell, Arrest s'avère être un bel objet à écouter et réecouter maintes et maintes fois afin de découvrir tous les secrets qu'il rescelle!



Chroniqué par Thomas
le 07/10/2014

Partager cet article :











0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters