Accueil | dMute

M. Geddes Gengras

: Ishi



sortie : 2014
label : Leaving Records
style : Ambient pour synthétiseurs modulaires

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ishi 02/ Passage 03/ Threshold

Jusqu'à récemment, le barbu bidouilleur M. Geddes Gangras était plus connu pour son rôle de sideman au côté des freaks de l'écurie Not Not Fun (Pocahaunted, LA Vampire) que pour sa pile de travaux en solo, aussi imposante soit-elle. Grâce à sa participation à la collaboration entre le producteur Sun Araw et les mythiques Congos, les choses ont un peu changé. Ses saillies sur synthétiseurs modulaires, qu'elles soient noise ou kosmische, commencent à faire parler d'elles au-delà de la scène expérimentale de Los Angeles. Un manifeste de kosmische musik plus loin (Collected Works Vol.1: The Moog years), le californien revient en pleine lumière avec son nouvel album Ishi.

Si la pochette d'Ishi rappelle les toiles surréalistes de Dali, c'est surtout aux monochromes de Rothko que l'on pense à l'écoute de cet album électro-ambient. Les notes étant à sa musique ce que les couleurs sont aux peintures de l'américain: une matière fluctuante.

En effet, un peu à la manière de Marsen Jules sur son album The Endless Change of Colour sorti l'année dernière, le californien construit des compositions ambiantes tirant vers l'abstraction. Celles-ci se développent à partir de vibrations et d'ondulations infimes, dessinant des paysages électroniques aux contours incertains d'où ressort une impression d'immensité et de béatitude.

Si on devait décrire la beauté suspendue de la musique d'Ishi, on dirait qu'elle n'est pas mélodique mais mélodieuse, c'est-à-dire qu'elle ne provient pas des notes en elles-mêmes mais de ce qui se joue entre elles, autour d'elles. Comme par exemple sur la pièce maîtresse Threshold qui, du haut de ses 18 minutes, travaille uniquement un mouvement de flux et de reflux qui n'est pas sans rappeler le système de certains morceaux du dernier album de Stars of the Lid. Un système passé ici à la moulinette des synthétiseurs modulaires de l'américain.

Pour en revenir au titre donné à l'album, Ishi fut le nom de l'homme connu pour être le dernier des Yahi (ou indiens sauvages d'Amérique du nord). Après le massacre des siens, ce dernier vécut longtemps reclu, s'efforçant de vivre en marge d'un monde dit "civilisé" qui échappait totalement à sa compréhension. C'est cet écart entre notre monde submergé d'informations et ces marginaux rejetés tentant de le traverser que M. Geddes Gengras a voulu mettre admirablement en musique.

Le compositeur livre au bout du compte un album somptueux composé également en hommage à deux proches disparus qui comme Ishi ne se sentaient pas appartenir au monde qui les entourait. M. Geddes Gengras a ainsi voulu créer une musique qui pourrait leur apporter une certaine paix et sérennité mais restant d'autre part consciente des gouffres que réserve parfois la vie.



Chroniqué par Romain
le 07/07/2014

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters