Accueil | dMute

Delphine Dora & Bruno Duplant

: Inner Fields



sortie : 2014
label : Wild Silence
style : Musique minimaliste / field-recording

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ échos d'enfance - spectres d'une sensation 02/ le voile imperceptible de la pluie engourdie 03/ Des étendues au loin 04/ désert solitaire 05/ seul dans l'opacité brumeuse 06 les effrois de la glace 07/ waves

En 2012, la pianiste Delphine Dora et l'improvisateur touche-à-tout Bruno Duplant entrecroisaient pour la première fois leurs univers respectifs en compagnie du clarinettiste Paulo Chagas. C'était sur Onion Petals As Candle Lights, un ouvrage flirtant avec délicatesse avec la musique improvisée, le minimalisme ou encore la musique populaire. C'était aussi la première référence de Wild Silence, le label créé par la française et depuis agrémenté de belles réussites (certaines chroniquées sur ces pages comme Niebla de Monte Isola ou Aonaran de Richard Moult).

Deux ans après leur première collaboration, Delphine Dora et Bruno Duplant se retrouvent sur Wild Silence mais cette fois en duo. La première est au piano et le second aux field-recordings. Inner Fields, le résultat de cette union là, voudrait envisager la musique comme l'art de créer des paysages intérieurs. Un cliché, voir une coquille vide esthétique que les deux musiciens s'attachent pourtant à remplir de leur souffle et de leur aura.

Sur les sept pièces et les quarante minutes que comptent le disque, les deux musiciens nouent une relation musicale particulièrement sensible en épousant les motifs de la musique classique moderne, du minimalisme ou de la musique électro-acoustique. Les tintements du piano de Delphine Dora figurent souvent comme une circulation à travers ces genres mais surtout à l'intérieur des tableaux sonores générés par son partenaire: sorte d'évènements picturaux (cris d'enfants dans une cours d'école, bruits de la pluie ou du vent léchant la surface de ressacs...etc) auxquels répondent sans cesse ses interventions, comme un commentaire sur le vif.

En contrepoint des ballades impressionnistes qui font entrer en harmonie le piano et les field recordings, Inner Fields réserve aussi de belles mises en tension. C'est le cas en particulier quand les sons de terrain de Duplant supplantent le jeu de sa partenaire en se faisant plus abstraits et revêches. Ainsi quand le piano épouse des nappes spectrales ou se heurte à des chuintements et des aigus incisifs, il est dévoilé des terrains plus accidentés, l'auditeur étant alors libre de se perdre dans ces espaces ouverts mais inhospitaliers qui ne répondent plus aux règles physiques connues.

Au final, l'écoute attentive qui règne entre les deux musiciens, l'espace qu'ils se ménagent chacun ainsi que le soin qu'ils apportent à la composition de leurs sept tableaux sont les clés de la réussite d'Inner Fields, un recueil de paysages mélancoliques à la dialectique sonore plus complexe qu'il n'y paraît, car toujours sur le fil entre transports et flottements intérieurs.



Chroniqué par Mickael B.
le 25/06/2014

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters