Accueil | dMute

The Men

: Tomorrow's Hits



sortie : 2014
label : Sacred Bones Records
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Dark Waltz 2/ Get What You Give 3/ Another Night 4/ Different Days 5/ Sleepless 6/ Pearly Gates 7/ Settle Me Down 8/ Going Down

Comme à leur habitude, The Men nous livrent leur livraison annuelle et Tomorrow's Hits n'est rien de moins que leur cinquième album en cinq ans. Avec une telle frénésie, on peut s'attendre sans étonnement à une exploration un peu ressassante des mêmes sonorités. Pourtant, loin de ce préjugé naïf, la frénésie de ces cinq Américains se construit album après album sur plusieurs niveaux, d'abord lors de leurs concerts toujours à la lisière de l'inaudible, puis dans la création, et enfin dans le déplacement, le changement continuel qui les caractérise depuis les débuts.

Il faut l'avouer tout de suite, Tomorrow's Hits est très loin de Immaculada sorti en 2010, premier album en forme de laboratoire noise-punk à la limite de l'audible. Peu à peu, ce gang de Brooklyn s'est laissé convaincre par les vertus de la mélodie et Tomorrow's Hits confirme le tournant amorcé depuis l'avant-dernier album New Moon. L'objet que nous découvrons sonne en fait comme un hommage à la grande tradition du rock américain. Cuivres et claviers complètent sans complexe le trio guitare, basse, batterie. Pourtant, parler d'adoucissement n'aurait pas de sens et laisserait croire que les premiers albums faisaient figure de charte de bonne conduite. Or, l'enchaînement torrentiel des cinq albums oblige à relativiser l'importance des premiers. Il faut sans doute les concevoir comme un tout, explorant différentes pistes autour de ce dénominateur commun que serait l'énergie rock.

Pourtant, ce cinquième volet de l'histoire de The Men a eu une confection complexe. À la sortie de leur tournée marathon de 2011-2012, durant laquelle a été élaboré New Moon, le groupe décide de passer l'hiver à enregistrer de nouveaux morceaux. Après un travail de sélection, treize furent enregistrés avant même la sortie du quatrième album en 2013. Les huit titres que nous écoutons maintenant sont donc le produit d'une ultime sélection et de réarrangements. Le résultat: une palette instrumentale, mélodique, sonore plus large. Rien n'est perdu des précédents opus mais ici le groupe a décidé de refuser tout enfermement.

Quelques titres témoignent du rock instinctif de The Men (Pearly Gates, Going Down), et on imagine très vite le chaos sonore que le groupe pourra en tirer sur scène. Loin de ce primitivisme, les Américains s'essaient simultanément et avec un grand bonheur à des titres plus calmes: une mélodie qui commence au piano dans Sleepless et un air de ballade (toute proportion gardée) avec Settle Me Down. En fait, c'est sans doute ce parti pris de la diversité, marque d'un groupe assez sûr de ses qualités pour être décomplexé par rapport à toute volonté de purisme, qui relègue une tentative de synthèse entre mélodie et énergie rock dans le seul Another Night.

En vouant un tel culte au rock dans toutes ses dimensions depuis leur formation en 2008, The Men fait figure d'enfant monstrueux, ou prodigue, de l'union entre Springsteen et Sonic Youth.



Chroniqué par Patrice Vibert
le 24/03/2014

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters