Accueil | dMute

Yoshio Machida

: Music from the SYNTHI



sortie : 2014
label : Baskaru
style : Musique pour synthétiseur modulaire

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ SYNTHI n°23 02/ SYNTHI n°29 03/ SYNTHI n°17 04/ SYNTHI n°01 05/ SYNTHI n°16 06/ SYNTHI n°02 07/ SYNTHI n°26 08/ SYNTHI n°07 09/ SYNTHI n°25 10/ SYNTHI n°04 11/ SYNTHI n°14 12/ SYNTHI n°19 13/ SYNTHI n°30

A son rythme, dilletant et exploratoire, le label français Baskaru continue d'étoffer un catalogue aux mille ramifications mais toujours exigeant, entre musique électro-acoustique, ambient ou field-recording. Sans doute l'ouvrage le moins attendu de cette première fournée 2014 — qui en compte deux autres, The Illusion Of Infinitesimal de France Jobin et Plateforme #1 de Laurent Perrier — est celui de l'artiste contemporain japonais Yoshio Machida. Music from the SYNTHI est en outre son deuxième essai pour Baskaru après Hypernatural #3, et peut-être son oeuvre la plus insolite. Car Machida délaisse ici le steelpan drum, tambours métallique originaire des caraïbes dont il avait fait son instrument de prédilection, pour s'emparer d'un authentique synthétiseur modulaire, le SYNTHIi AKS. Une vieille machine sans clavier, conçue en 1971 par Electronic Music Studios (EMS), et réputée pour la qualité de sa matrice, le panneau criblée d'une multitude de petits connecteurs de couleurs, que l'on entraperçoit sur la pochette du disque et qui, en un seul coup d'œil, autorise tous les rêves de bidouilles et de sonorités antédiluviennes dans le cerveau de l'amateur de musique électronique pionnière.

Sur Music from The SYNTHI, Yoshio Machida élabore une constellation de pièces laborantines et rythmiques — elles sont au nombre de treize —, la plupart oscillant entre deux et trois minutes à l'exception de la vignette finale, qui frôle les sept minutes. L'aspect fragmentaire du disque et la minutie avec laquelle le Japonais intervient sur son étrange tableau de bord permet de s'abandonner à la contemplation du son ou au contraire de s'en détacher, de laisser la musique habiter l'espace, de la quitter, d'y revenir, etc. Ce qui joue ici, ce n'est pas moins la délicatesse d'exécution de Machida que sa manière de sculpter le silence au poinçon, en pointillé, de transformer des arpèges disloquées et sur-aigues en d'étranges paillements d'oiseaux mécaniques, d'évoquer avec des nappes crépitantes des bourdonnements d'insectes, ou d'élaborer au gré de bip-bip ou de sifflements chuintants, un étrange langage aussi farfelu que délicieusement suranné. Autant d'images ou de sensations qui trouvent à s'épanouir dans l'introspection ou l'abandon, mais aussi à l'intérieur de compositions plus affirmées à l'image de l'étonnante SYNTHI n°26 que son presque-refrain et la vélocité des interventions du japonais transforment en ertzaz de punk, un hymne punk pour synthétiseur modulaire! Il faut citer aussi SYNTHI n°2 ou la conclusive SYNTHI n°30, qui s'extirpent des éxpériences rythmiques présentes partout ailleurs, pour se résoudre en de délicates bulles douces-amères — electronica au sonar détraqué pour la première, litanie de basses à la limite d'un silence maussade pour la seconde.



Chroniqué par Mickael B.
le 18/03/2014

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Hypernatural #3
(2008)
Baskaru
Musique électroacoustique / Pop
Naada
(2006)
Amorfon
Musiques improvisées / Steelpan
Infinite Flowers
(2003)
Amorfon
Ambient minimaliste



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters