Accueil | dMute

Kangding Ray

: Solens Arc



sortie : 2014
label : Raster-Noton
style : Techno versatile

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Serendipity March 02/ The River 03/ Evento 04/ The River (Reprise) 05/ Blank Empire 06/ L'envol 07/ Amber Decay 08/ Apogee 09/ History Of Obscurity 10/ Crystal 11/ Transitional Ballistics 12/ Son

Pour son géniteur, Solens Arc évoque l'essor grâcieux d'un objet solide (ou mental ?) dans l'éther, offert à la simple contemplation : le tracée elliptique de son vol sur l'écran du ciel et de nos fantasmes d'éternité. Cet arc conceptuel comme il le nomme, c'est aussi celui qui, à l'intérieur de Solens Arc, fait communiquer entre elles toutes les œuvres précédentes de Kangding Ray, et en même temps, les transcende intégralement : de ses premières expériences, mêlant l'organique à son extrême opposée, au dubstep mutant et downtempo de Or et enfin, la techno minimale et fonctionnelle de ses récents EP pour les Allemands de Stroboscopic Artefacts. Autant de facettes qui s'interpénètrent sur Solens Arc pour donner lieu à cet achoppement dramatique entre la grâce balistique des rythmes et la pesanteur aérienne des guitares.

Si ce quatrième opus marque le retour de David Letellier sur Raster-Noton, il n'en s'écarte pas moins de la doxa du label pour offrir une expérience plurielle, sans cesse versatile, où l'intuitivité quasi-instrumentale se heurte à la fonctionnalité pure de la musique de club. On sent que Letellier s'est ouvert à de nouvelles influences souterraines, après deux ans à usiner une techno extrêmement racée et dramatique pour Stroboscopic Artefacts, en profitant pour fouler le dancefloor et s'acoquiner avec les sbires de Sandwell District, Downwards ou Ostgut Ton. Une manière d'élargir encore les possibles de sa palette sonore, de pousser sa musique dans ses derniers retranchements. De la faire dansante et roide, menaçante et allègre, dissolue et architecturale, physique et cérébrale à la fois.

Solens Arc n'est donc pas l'album somme qu'on aurait pu redouter. S'il est pris évidemment dans un ensemble de répétitions ou de réminiscences propres à l'esthétique de David Letellier, il est aussi le lieu de nouveaux conflits internes, bref, de nouvelles singularités. Que l’on pense à la la minimale Evento et ses schémas rythmiques pointillistes, à Blank Empire et ses nappes successivement acides, fulminantes et chaudes comme un souffle, aux arpèges rétrofuturistes de History Of Obscurity et leurs structures hélicoïdales ou encore à L'envol, dont le titre ne cache rien de la montée astronomique. Tout concorde à faire de Solens Arc l'œuvre la plus fouillée et la plus addictive de Kangding Ray à ce jour.



Chroniqué par Mickael B.
le 05/03/2014

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
OR
(2011)
Raster-Noton
Techno / Dubstep / Ambient
Blog
Dossier
Portrait électronique #6 - Kangding Ray
Automne Fold
(2008)
Raster-Noton
Glitch / Post-Trip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters