Accueil | dMute

Toy

: Join The Dots



sortie : 2013
label : heavenly Recordings
style : psychédélique / Krautrock / Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Conductor 2/ You Don't Be The Same 3/ As We Turn 4/ Join The Dots 5/ To A Death Unknown 6/ Endlessly 7/ It's Been So Long 8/ Left To Wander 9/ Too Far Gone To Know 10/ Frozen Atmosphere 11/ Fall Out Of Love

En trois ans d'existence, les anglais de TOY n'ont pas manqué de productivité. Succédant à plusieurs EP et à l'album éponyme TOY sorti l'année dernière, voici déjà au tour du second album Join The Dots d'apparaître sur nos platines.

Le clip de Left Myself Behind, issu du premier album, évoque immédiatement l'univers du groupe. Des couleurs psyché, des mélodies proches du krautrock, des guitares proches de la pop anglaise à la Ride. Avec toutes ses caractéristiques le groupe n'a pas cessé depuis ses débuts d'être rapproché de son grand frère The Horrors. A la première écoute, TOY ne semble pas un groupe indispensable à une discothèque exigeante car le groupe flirte sans vergogne avec l'image de tous les groupes british gentillets.

Si cela était en partie vrai pour le premier album, le second offre un démenti cinglant à une telle affirmation dès le premier titre, Conductor. Sept minutes instrumentales, sept minutes où la pop est laissée sur le bord de la route pour s'essayer à un mélange entre kraut et post-rock. On peut toujours se dire qu'on a entendu mieux dans le genre, mais on ne peut s'empêcher de saluer la nouvelle témérité du groupe.

Évidemment, il est difficile de tenir une telle entrée et les deux titres suivants reprennent une pop intelligente mais classique. Il faut attendre le titre éponyme Join The Dots pour que l'élan créatif reprenne. Étrangement c'est à nouveau l'occasion d'un morceau de plus de sept minutes, longueur inconnue du premier album, comme si TOY ne pouvait se révéler qu'en cassant le tempo classiques des titres destinés au succès. Un même rythme lancinant posé en boucle à la manière kraut, une voix indolente qui sort du psyché. Pourtant, un ingrédient supplémentaires s'introduit de minute en minute, une guitare bouillonnante qui vient craqueler cette ritournelle pour donner un final remarquable. Avec un début qui rappelle immédiatement le Lady Gadiva's Operation du Velvet Underground, To A death Unknown continue d'explorer ces nouveaux timbres.

Après un nouveau relâchement, mais sans commune mesure avec le premier, des titres comme Left To Wander et leur boucle rythmique sont là pour nous le rappeler, le groupe finit par trois titres qui suffisent à laisser un souvenir jubilatoire. Trois débuts quasi silencieux avant de suivre chacun leur voie, de la douce psyché de Frozen Atmosphere au son plus cold de l'interminable Fall Out Of Love, titre final dont on ne cesse d'attendre et d'entendre les montées des guitares. Après une telle conclusion, on ne peut qu'être confiant dans la dimension expérimentale de TOY, peut-être proche au niveau de ce risque créatif d'un groupe comme Liars.



Chroniqué par Patrice Vibert
le 09/12/2013

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters