Accueil | dMute

RIEN

: 2



sortie : 2013
label : L'Amicale Underground
style : Post rock dadaïste

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Autobahn Love
02/ Looters will be shot
03/ Intrastellar Drift (where the fuck is earth?!)
04/ La Chute de Satan

Logique et déroutant, le nouvel ep de RIEN reprend l'histoire là où nous avait laissés le premier volume de cette série de trois opus annoncés comme le décompte et les prémices de leur disparition programmée pour 2014.

L'excellent 3 nous avait marqués par ce mélange de post-rock dadaïste et de chamanisme si caractéristique, avec cette ouverture sur le futur que représentaient l'introduction de sonorités électroniques et ce flirt avec l'univers et l'esthétique krautrock. Un ep efficace qui alignait une série de titres vindicatifs et impressionnants. Une belle réussite.

2 continue cette aventure en continuant d'esquisser à notre sens les contours de cette œuvre globale que sera l'association de ces trois volumes. Avec 2, RIEN sombre dans un registre glacé et abstrait. Ici peu de véritables envolées. 2 est d'une certaine manière plus sombre, plus difficile à assimiler à l'image d'un Autobahn Love hermétique, disposant certes d'un traitement pop, mais qui glace de part sa forme synthétique et son côté répétitif. En effet l'électronique prend une part prépondérante et fait office de fil conducteur. L'esprit de Franck Zappa continue néanmoins d'habiter ce travail sur bon nombre de titres dont Looters Will Be Shot. Au point d'apparaître plus comme une véritable citation qu'une simple inspiration tant la référence est appuyée. Des incursions très marquées par leur aspect ludique, de quoi contrebalancer une certaine rigueur monolithique volontairement mise en scène. Et c'est justement ce qui fait tout le charme et le sel de leur travail.

Bref, une sorte de paradoxe : le ton est plus léger mais l'aspect synthétique lui donne plus de froideur. Un aspect moins marqué qui procure une sorte de retenue. Une démarche moins basée sur le propos et d'avantage sur la texture en recyclant notamment l'esthétique post-rock sur son morceau final. De quoi surprendre car RIEN a toujours fait en sorte de se dissocier de cette esthétique là où d'autres s'y sont largement fourvoyés. On pourrait y voir une mise en abyme opérée par un groupe pastichant ce répertoire ou tout simplement l'aspect ludique d'une telle citation dans la mesure où bon nombre de groupes dans cette mouvance tentent de s'en écarter. Qu'importe ? Cela fonctionne par imprégnation, mais aussi parce que ce 2 offre un véritable répit a son auditeur. De quoi souffler après le tonitruant 3, mais cela ne veut pas pour autant remplir l'espace. Au contraire, cela permet de rentrer dans une démarche moins immédiate et d'assimiler la musique à travers chaque synapse de nos neurones. Car avec ce 2, RIEN produit une musique qui ne s'adresse plus au corps comme le faisait son prédécesseur, mais aux cerveaux et à eux seuls.

On connaît le concept album ou le space opera depuis longtemps. En nous proposant de découvrir son œuvre au fur et à mesure de son évolution, RIEN nous fait partager une expérience originale et fascinante. Car avec cette trilogie, le groupe crée le concept du feuilleton musical. Un work in progress qui contraint l'auditeur à ne pas se limiter à l'écoute de ces quatre titres, mais à mettre en perspective chacun d'entre eux et ainsi les insérer dans l'œuvre globale qui lui est proposée de découvrir. D'ailleurs avec ce projet, RIEN fait coup double. La formation développe une approche en prise directe avec son époque et des auditeurs avides de participer ou d'assister à l’élaboration d'une œuvre (réseaux sociaux, financements participatifs, concerts en appartement, etc.), tout en ne sacrifiant pas à cette démarche la qualité de son œuvre. L'écoute de 1, saison finale de leur aventure discographique, permettra alors de les adouber ou non, car le seul aspect négatif de cette démarche, serait de trop faire monter les attentes au point de ne pas être en mesure de les combler. Mais n'allons pas trop loin dans le futur, et contentons-nous d'apprécier ce que le groupe nous propose aujourd’hui.

Le groupe propose directement son album sur le site de son label que ce soit sous la forme d'un CD à acheter ou d'une version numérique téléchargeable gratuitement.



Chroniqué par Guillaume C.
le 23/10/2013

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
Autobahn Love, premier extrait du nouvel ep de RIEN
3
(2010)
L'Amicale Underground
Rock instrumental/Dadaïste
Reportage
(07/04/09)
@ Glaz'art
Il ne peut y avoir de prédiction sans avenir
(2007)
L'Amicale Underground
Post rock dadaïste



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters