Accueil | dMute

Tim Hecker

: Virgins



sortie : 2013
label : Kranky
style : Ambient / Modern Classical / Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Prism 02/ Virginal I 03/ Radiance 04/ Live Room 05/ Live Room Out 06/ Virginal II 07/ Black Refraction 08/ Incense at Abu Ghraib 09/ Amps, Drugs, Harmonium 10/ Stigmata I 11/ Stigmata II 12/ Stab Variation

L'année 2013, à quelques mois de tirer sa révérence, peut déjà se targuer d'être un bon millésime en matière de musique: le retour des Daft Punk, des Boards of Canada, des Pastels, de The Knife, Holden, Nick Cave & j'en passe, est gageure d'une année sinon de qualité, du moins bien remplie.

Parmi tous ces poids lourds, le canadien Tim Hecker livre lui aussi un nouvel opus d'une beauté éblouissante, petit deus ex machina qui vient bouleverser un podium 2013 déjà bien compliqué.

La musique de Tim Hecker à toujours été nucléaire plutôt que linéaire, chaque morceau composé d'éléments complexes gravitant les un autours des autres, se mélangeant, débordant parfois le cadre de leur piste pour réapparaître ça et là en motifs aux itérations hypnotiques.

Nombre de musiciens ambient suivent ce même procédé, mais là où la plupart favorisent les plages éthérées, aux mouvements presque imperceptibles, Hecker préfère les mélanges abrasifs, aux résultats imprévisibles mais toujours impressionnants. En résultent des albums puissants, dissonants, et souvent bruyant, ayant peu à peu intronisé le canadien comme le punk de l'électro expérimentale, noyant sans cesse ses mélodies dans un intarissable flot de distorsion.

L'analyse était surtout valable jusque 2011, lorsque l'album piano-centré Ravedeath, 1972 a amorcé un virage acoustique laissant présager un renouveau dans une musique jusqu'alors purement électrique. Un EP se focalisant encore plus sur le piano (Dropped Pianos) plus tard et nous voici face à Virgins, confirmation salutaire de la nouvelle trajectoire du musicien.

Poussant davantage l'approche de Ravedeath, Virgins se compose principalement d'éléments acoustiques, enregistrés comme son prédécesseur sous la houlette du grand Ben Frost, dont les affections sonores se font sentir dans tous les recoins de l'album.

En résulte un album plus précis, moins bruyant, à la fois intimiste et cosmogonique, profondément bouleversant. Là où Ravedeath se complaisait dans ses déflagrations électriques, Virgins est nettement plus contenu, à la manière de l'effarant By The Throat de Ben Frost.

Cette place plus prégnante donnée aux instruments amène une nuance rafraîchissante dans la discographie du bonhomme, comme en témoigne le magnifique Black Refraction, sans jamais pour autant perdre de sa puissance expérimentale.

Prism, qui ouvre l'album, sonne davantage comme ses aînés (An Imaginary Country en tête), avant de sauter dans le vide acoustique de Virgins I, tornade de piano réverbéré qui annonce la couleur de l'album.

Plus loin on trouvera le binôme Live Room / Live Room Out, centre névralgique de l'album qui contient à lui seul tout le sel de cette alchimie électro-acoustique: piano déphasé, basse tonitruante, clarinette(?), synthé et field recording noise; on a l'impression de vivre les derniers rêves d'un chef d'orchestre à l'agonie. Beaux et terrifiants à la fois.

L'album se poursuit en déroulant cette atmosphère si particulière à la fois chaude, sophistiquée, détraquée et claustro. Le duo Stigmata sonne comme les acouphènes d'un concert symphonique, et le Stab Variation qui clôt le disque, son rythme hypnotique, ses sirènes synthétiques, comme le chant du cygne d'un monde tout entier.

Avec cet album, Tim Hecker confirme son statut de maître incontesté de l'avant-garde électronique, traçant seul son chemin loin devant les autres. Il réussit ici à renouveler son esthétique sans perdre en cohérence, et offre à voir une musique plus humaine, sensible, toujours plus impressionnante.



Chroniqué par Matthias Fuchs
le 14/10/2013

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Love Streams
(2016)
4AD
Electronic / ambient
A Year With 13 Moons
(2015)
Mexican Summer
Drone / ambient / Pop / Noise
Blog
Actualité
Tim Hecker de retour en octobre avec Virgins.
Ravedeath, 1972
(2011)
Kranky
Ambient
Interview avec Tim Hecker
(2011-04-27)

An Imaginary Country
(2009)
Kranky
Ambient
Harmony In Ultraviolet
(2006)
Kranky
Ambient



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters