Accueil | dMute

April March & Aquaserge

: April March & Aquaserge



sortie : 2013
label : Freaksville Records
style : pop-yéyé

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Black Cars
02/ Sybarite
03/ J'entends Des Voix
04/ Red Life
05/ Spirals
06/ Des Tics Et Des Tocs
07/ Love Is A Maze
08/ Ready Aim Love
09/ Pourquoi Parce Que
10/ Sparklers
11/ Picture The Sun
12/ How was your Day

April March & Aquaserge: ou comment un mélange culturel passe inaperçu. L'américaine Elinore Blake devenue April March n'en finit pas d'explorer la culture musicale française. Depuis ses reprises de Serge Gainsbourg ( Gainsbourgsion en 1995), elle fait revivre la culture yéyé, bouclant ainsi cet échange entre le monde anglophone et le monde francophone qui a commencé dans les années 60.
Avec une telle signature musicale, rien d'étonnant à ce que April March collabore avec les toulousains de Aquaserge. Eux ont préféré porter le prénom de cette figure de la chanson française. Entre Aquaserge, Ce très cher Serge, et Gainsbourgsion, on peut avoir l'impression d'un territoire assez réduit. Et la peur d'un revival supplémentaire pointe lorsqu'on lance l'écoute de l'album. Mais l'enfermement semble être l'interdit majeur de ce groupe à la composition mouvante. Du yéyé à la noise ou au kraut, ce laboratoire n'en finit pas de participer aux parcours d'autres groupes ou chanteurs (Stereolab, Bertrand Burgalat, Tahiti 80) que ce soit individuellement ou en groupe.

Que ressort-il de ce chassé croisé ? Un album frais, rempli de références connues de tous, une sorte de pochette surprise de quarante minutes. Douze titres en français et en anglais ( il faudrait presque confronter un auditeur français et un auditeur anglais pour comparer leur ressenti vis-à-vis de cette alternance), de la pop et du rock, des voix sixties entre yéyé et début de psyché. En fait, on se décroche peu à peu de ces influences car c'est une nouvelle pop qui s'invente. Love Is A Maze en est peut-être le meilleur exemple. Les chœurs sixties qui interviennent à plusieurs reprises dans le morceau sont autant d'éléments d'une culture musicale qui vont être réemployés, réembranchés sur des dispositifs actuels.

Au delà de cette décomposition d'un univers musical en autant de séquences réemployables, l'album se présente comme un parcours mettant en scène une même sensibilité. En fait, la plongée dans l'univers des sixties (notamment dans les six premiers titres) permet de mettre en avant la douceur et la légèreté de la chanteuse. Certains titres comme Spirals ne sont pas sans rappeler les mélodies de Tennis, autre groupe cultivant la plongée dans la pop des années 50 et 60 pour nous offrir des bulles de musique ouatées à souhait. Après Des Tics Et Des Tocs et un détour par les années 80 et les chansons de Lio, la seconde moitié de l'album dévoile une plus grande tension: des sons noises (Love Is A Maze) ou garages (Pourquoi parce que) réhaussent la douceur de la voix de April March, telle une nouvelle Françoise Hardy. Oui, l'album est bien une caresse musicale: le dernier morceau joué au piano, April March laissant la place à une voix masculine, en est l'ultime preuve.

Chroniqué par Patrice Vibert
le 23/08/2013

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters