Accueil | dMute

Scout Niblett

: It's Up To Emma



sortie : 2013
label : Drag City
style : Rock alternatif

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Gun
02/ Can't Fool Me Now
03/ My Man
04/ Second Chance Dreams
05/ Woman and Man
06/ All Night Long
08/ Could This Possibly Be?
09/ What Can I Do?

Avec son air de ne pas y toucher Scout Niblett en a surpris plus d'un. Grâce à son précédent opus justement intitulé The Calcination of Scout Niblett, Niblett s’était imposée dans l’art de construire des brûlots. Ce nouvel opus place la barre encore plus haute en lui permettant de dépasser le simple climat de tension. En devenant poète d'une certaine façon. Car ce qui marque ce It’up to Emma c’est ce doux parfum de poison.

Car on est captivé par cette aura incandescente tel le papillon de nuit attiré par la lumière d’une lampe de chevet. Mais à trop s’en approcher on finit par se brûler les ailes. À trop goûter de cette musique on risque fort de mourir. Certes avec l’extase qui caractérise l’état du mâle avant de se faire décapiter par sa femelle de mante religieuse. Mais de se calciner quand même. Un disque magnifique, une perfection, avec en point d’orgue le saisissant, et on en la chair de poule à y penser, "My man". Un disque rassemblant neuf incantations. Neuf histoires. Neuf douleurs. Car ce qui dissocie Scout Niblett de ses congénères c’est cette manière de construire sa musique sous la forme d’incantations mystiques ou amoureuses.

Là ou PJ Harvey savait nous briser le cœur avec ses suppliques ou Shannon Wright avec ses cris de rage, Niblett a créé sa propre caractéristique en érigeant chaque titre sous la forme d'incantations plus marquantes et plus belles les unes que les autres. The Calcination... avait été déjà salué comme un grand disque. Avec ce nouvel opus, Scout Niblett va encore en surprendre plus d’un en s’installant au sommet. On aurait juste parfois voulu une production qui accentue d'avantage cette ambiance vénéneuse. Certes le traitement effectué n’enlève rien à la qualité de ce disque, mais donne parfois un aspect un peu neutre à notre goût. Mais nous pêchons pas excès de perfectionniste, car il s'agit d'un grand disque.



Chroniqué par Guillaume C.
le 12/07/2013

Partager cet article :





1 commentaire

par Guillaume Colin (le 23/09/2013)
Salut Guillaume. Merci pour cette chouette chronique. J'aime aussi beaucoup ce disque.
Par contre je ne crois pas que la production soit Albini cette fois ci. Il faut que je vérifie le livret à la maison mais je ne me souviens pas de son nom.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters