Accueil | dMute

William Basinski + Richard Chartier

: Aurora Liminalis



sortie : 2013
label : Line
style : extrême minimalisme

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Aurora Liminalis

William Basinski et Richard Chartier : deux compositeurs américains qu'on apprécie tout particulièrement sur Dmute. A la fois iconoclastes et déjà classiques, le terme d'"explorateur" les concernant n'est en rien galvaudé étant donné l'importance, l'audace - et il faut le dire - la splendeur de leurs styles respectifs. Leur rapprochement a aussi de quoi surprendre et cela même dix ans après la parution de leur première oeuvre en commun (Untitled sur le label japonais Spekk) tant chacun d'entre eux, à un extrême opposé de la musique minimaliste, a réussi a esquissé une quasi-philosophie du son, une esthétique particulière, arquée entre magnificence sonore et rigueur conceptuelle.

Basinski d'abord, a suivi une formation classique à la North Texas University. Dans le sillage direct des premières pièces de Steve Reich et de Brian Eno, ses séances d'éxhumation de spectres sur bandes magnétiques ont fait de lui une sorte d'icône romantique de la musique contemporaine. La série des Desintegration loops, où il pousse le support, à force de répétition, jusqu'à sa désagrégation, figure en particulier au rang des manifestes de la musique minimaliste de ses vingt ou trente dernières années. De l'autre côté, le virtuose du sound-design Richard Chartier a fait passer en l'espace d'une dizaine d'années, Line, son label d'abord hébergé à l'enseigne 12k, d'électron libre dans le domaine du réductionnisme digital le plus extrême, à la référence en matière de minimalisme électronique, fédérant autours de lui de véritables pointures comme Bernhard Günter, Asmus Tietchens ou Miki Yui. Ses ouvrages qu'il publie sur Line à une allure soutenue, continuent d'interroger les limites de la perception et la nature du son, de manière toujours aussi exigeante et passionnée. Après Built Through en collaboration avec Robert Curgenven, Aurora Liminalis en est une nouvelle illustration.

On voit mieux désormais ce qui rapproche William Basinski, le désintégrateur de bandes magnétiques, de Richard Chartier, le virtuose du sound-design: un même projet à l'intérieur duquel l'expérience limite du silence et du temps se fond dans l'exploration des formes les plus avancées du minimalisme. Aurora Liminalis, en 45 minutes d'une densité et d'une concision à toute épreuve, achève de réaliser ce programme en combinant de manière définitive les obsessions respectives de ces deux artistes. Disloquée entre drones cryptiques et tape loops souterraines, Aurora Liminalis suit en effet un tracée mathématique aux allures de descentes dramatiques jusqu'au pôles les plus extrêmes du son. Sur leur passage, Richard Chartier et William Basinski pulvérisent toutes les lignes de démarcation jusqu'ici admises entre ouvrage analogique et géologie digitale. On pense souvent aux théories de John Cage sur l'effacement du compositeur derrière l'expérience de la musique pour elle-même. Aurora Liminalis se situe bel et bien dans cet héritage. A l'encontre de tous les codes de l'écriture musicale, c'est une pièce qui semble réécrire en permanence les lois de sa propre morphogenèse pour s'enfoncer dans un état de radiance extrême et atteindre finalement un stade d'indétermination total, point de non-retour à partir duquel la musique n'a plus d'autre fin qu'elle-même et sa propre disparition dans le vide qu'elle a créé autours d'elle.

On a la sensation qu'Aurora Liminalis, à travers son programme d'auto-effacement, rejoue la tragédie contemporaine de l'ambient, musique démocratique au possible, désormais livrée à une forme terminale d'uniformisation et d'aseptisation mortifère. Là réside toute la puissance subversive de la pièce de Basinski et Chartier, qui résume en une fraction de secondes 30 ans d'expérimentations, de Brian Eno aux formes les plus actuelles des musiques de drones, pour mieux déflagrer l'histoire du genre dans la répétition tout azimut de ses formes et la beauté surbrillante et profilactique de l'abstraction digitale.

Chroniqué par Mickael B.
le 14/06/2013

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Dossier
Anthologie 2013 - La musique délirée



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters