Accueil | dMute

Lee Patterson & Vanessa Rossetto

: Temperament As Waveform



sortie : 2013
label : Another Timbre
style : musique électro-acoustique / musique improvisée

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Everything We Know About Anything Indicates That Nothing Is Ever Easy
02/ There Is A Very Small Chance That You Are Not Making A Mistake
03/ The Highs And Lows Of Cross-Atlantic Collaboration
04/ An Indication Of Presence

Dans le domaine des musiques improvisées et expérimentales, Another Timbre fait partie de ces rares labels qui ne proposent que des valeurs sûres à mon goût, aux côtés de Potlatch et d’Erstwhile. Tous les semestres quasiment, ce label anglais publie une série de quatre ou cinq disques pour la plupart excellents. Des disques d’improvisation libre instrumentale, électroacoustique, de composition minimaliste, d’abstractions sonores, avec une prédominance pour les nouveaux musiciens anglais (tels Rhodri et Angharad Davies, Patrick Farmer, Dominic Lash ou John Butcher) et les compositeurs du collectif Wandelweiser (voir sur Another Timbre toujours, l’incroyable coffret de six disques dédié à la maison hollandaise). Dernièrement, c’est un duo surprenant qui est paru : un duo composé de Vanessa Rossetto et Lee Patterson, une Américaine et un Anglais qui ont composé ce disque sans se rencontrer, seulement à partir d’échanges de fichiers et d’enregistrements édités et assemblés entre 2010 et 2012.

Vanessa Rossetto est une jeune compositrice, altiste et peintre qui travaille plutôt en solo. Elle écrit principalement pour field-recordings, électronique et instrumentation de chambre (à noter qu’elle vient de sortir un vinyle excellent chez Kye, d’ailleurs label de Jason Lescalleet qui a masterisé ce disque). Quant à Lee Patterson, il s’agit d’un musicien qui vit près de Manchester, dont la discographie est principalement chez Another Timbre, et qui a participé à de nombreuses réalisations du collectif Wandelweiser, mais également à de nombreuses formations de musique improvisée. Patterson propose souvent une exploration de l’environnement sonore proche, notamment en utilisant l’amplification d’objets quotidiens.

Rien n’est indiqué sur le disque quant à l’instrumentation, mais il s’agit principalement d’électronique, d’objets amplifiés, et du violon alto de Rossetto. Quatre compositions qui sont autant de paysages sonores différents, souvent proches du drone, mais des drones qui contiennent une foule de micro-détails. La première pièce est assez forte et puissante, une longue nappe continue et basse, une nappe sinusoïdale dense et massive sur laquelle se greffent des frottements et des grésillements métalliques, une nappe constante sur laquelle fourmille des couleurs abrasives inconstantes et irrégulières, des détails qui surgissent de la masse fondamentale et s’y noient avant même qu’on ne s’en aperçoive. Les deux pièces suivantes sont plus calmes et moins massives, les sons continus disparaissent au profit des détails et de l’ornementation seule. Deux pièces en-dehors des codes esthétiques habituels, qui ne sont ni instrumentales ni électroacoustiques, ni minimalistes ni réactives, qui semblent autant composées qu’improvisées. Deux pièces où s’entremêlent des field-recordings, des sinusoïdes, des drones, des instruments, des silences, des objets, sans qu’on ne puisse jamais vraiment déterminer qui fait quoi et comment. Le dernier morceau boucle très bien le disque en reprenant un peu l’ambiance du premier. Une pièce assez statique et massive avec un son continu et rauque à l’alto, agrémenté de nombreuses fréquences granuleuses à l’électronique. Plus lourd, fort, riche et intense, cette conclusion équilibre à merveille l’ensemble du disque.

Quatre pièces aux tempéraments différents, quatre plongées dans des territoires sonores uniques qui se renouvellent à chaque pièce. Oui, Temperament As Waveform propose une suite de tableaux sonores et psychologiques comme on en entend rarement, des tableaux personnels, sensibles, et savamment construits. Une immersion dans le son et ses propriétés psychologiques vraiment surprenante et singulière en somme.

Chroniqué par Julien Héraud
le 18/05/2013

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters