Accueil | dMute

Mathias Delplanque

: Chutes



sortie : 2013
label : Baskaru
style : Musique électroacoustique hybride

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ So
02/ Ru
03/ Fell
04/ V
05/ Blu
06/ Flo
07/ Alo

Revenu de son fantasme berlinois (son projet dub Lena aux côtés de Moritz Von Oswald, Rob Mazurek ou Steve Argüelles, excusez du peu), c'est sous son propre nom que le Nantais Mathias Delplanque continue de laisser libre court à sa créativité débordante en produisant une musique électro-acoustique artisanale et alambiquée pour des labels comme Cronica ou sa propre structure Bruit Clair. En 2013, c'est sur le précieux label français Baskaru que Mathias Delplanque pose ses bagages, avec sous le bras, son sixième album en solitaire, Chutes. Pour sûr, Mathias Delplanque et Baskaru ont plus d'un chromosome en commun.

Vingt-quatre références au compteur en huit ans d'existence, et un catalogue qui fleure bon l'école buissonnière, les sentiers ombragés et l'abstraction la plus insulaire : Baskaru est décidément une belle anomalie dans le paysage des musiques contemporaines. Un label à papa qui défie l’œuvre du temps et continue off the radar, de résister aux exigences les plus folles de l'époque, à l'image de ses publications très ponctuelles et toujours pertinentes. Baskaru n'est pourtant pas en totale rupture avec son environnement musical comme le démontre son catalogue hybride et exigeant, qui met en lumière les œuvres de pionniers comme Lawrence English, Francisco Lopez, Robin Rimbaud ou depuis peu Stephan Mathieu mais aussi des artistes plus secrets tels Lugano Fell, @C, Parrallel 41 ou Frank Rothkamm ou des valeurs émergentes : Emmenuel Mieville, Laura Gibson & Ethan Rose ou encore Gintas K. Bref tout un bestiaire de la musique d'aujourd'hui, qui ne connaît aucune frontière.

De son côté, Delplanque n'est pas non plus à un paradoxe près : si sa discographie regorge de trésors insoupçonnés, l'électron libre nantais demeure depuis longtemps un mystère : un secret bien gardé à l'ombre de ses grands frères européens Vladislav Delay et Guiseppe Ielasi. Voilà aussi un musicien en mouvement perpétuel, retors à tout étiquetage et qui ne se satisfait jamais d'aucune évidence ; ses productions baladeuses, loin de rester enfermées dans le cadre rigide de la musique électro-acoustique, en éclatent allègrement les parois. L'ambient bricolée et improvisée du Pavillon Témoin ou de Parcelles 1-10 laissent par exemple entrevoir des paysages folk bariolés et rêveurs. De leur côté, Ma Chambre Quand Je n'y Suis Pas et Passeport livrent un field recording intimiste et toujours habité. On voit donc plus aisément ce qui rapproche l'artiste Delplanque du label Baskaru : la même trajectoire furtive et intègre, à contre-courant des schémas, des stratégies pré-conçues. Et c'est cette quasi-philosophie que l'on retrouve encore à l’œuvre dans ce rutilant sixième album.

C'est sur scène que Mathias Delplanque a enregistré la matière première de Chutes, sur une période s'étalant entre 2010 et 2012, pendant laquelle il a éprouvé sa musique au contact du live, dans une sorte d'ascèse faites de séances d'improvisation et de captations répétées. Et c'est au terme seulement de cette lente maturation, qu'il est enfin entré en studio pour assembler les fragments de ces enregistrements pour former le puzzle final de son nouvel album. Le résultat de cette excavation scénique de plus de deux ans, c'est un disque d'une cohérence, d'une densité inattendue, conglomérat d'instants révolus dans l'atemporalité du son. Chutes pourrait être considéré à la fois comme la synthèse parfaite des différentes facettes de la musique de Delpanque, et un véritable bon en avant dans son cheminement personnel. S'il se situe dans la droite lignée de son essai Parcelles 1-10, Chutes atteint un raffinement formel encore inégalé dans sa discographie.

Drones, instruments acoustiques (xylophone, guitare, percussion, objets) et bruits non-identifiés s'entrecroisent à l'état de scorie dans une tempête de miettes solaires. Tous les titres de Chutes pourraient être considérés comme un seul et même bric-à-brac sonore foisonnant, se déliant dans des entrelacs infinis de tintements, de frottements, de bruits métalliques, ou de grésillements. Toutes sortes de sons inattendus, presque accidentels, tantôt farfelus, tantôt inquiétants, constamment reliés les uns les autres par une étrange force magnétique imperceptible et surpuissante.

Ainsi, la bizarre manufacture de Mathias Delplanque accouche de créatures instables, à la fois semblables et dissemblables, calmes et mouvementées, fluides ou heurtées mais toujours fragmentées, émiettées comme des souvenirs. Pour cette raison, il est difficile de mettre des mots sur chacune d'elles. A peine pense-t-on pouvoir les saisir qu'elles s'écroulent sur elles-mêmes, deviennent nébuleuses puis, aussitôt se recréent, d'un mouvement à l'autre, sous une forme toujours différente mais familière, bref constamment insaisissable. C'est ce perpétuel état d'agitation du son, ce processus mutant que Delplanque nous invite à embrasser, fasciné par ce jeu de création et de recréation presque autonome de la forme sonore.

C'est une fois plongé dans le chaos inaugural de Chutes, livré aux caprices de son fonctionnement aléatoire et de sa croissance accidentelle, qu'on peut commencer à percevoir une sorte d'architecture subliminale derrière son désordre apparent. C'est ainsi qu'au fil des écoutes, des interstices s'ouvrent par lesquels des motifs prennent vie, et laissent s'épanouir une profonde harmonie. Pour cette raison, Chutes est définitivement un album exigeant, et mouvementé. Mais c'est aussi un disque profondément ludique, et d'une grande poésie, en dehors du temps et de l'espace. A coup sûr, celui qui s'y laissera aspiré, n'aura qu'une seule envie: y retourner.

Chroniqué par Mickael B.
le 21/04/2013

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
C'est quoi la musique ?
#8 Mathias Delplanque
Le pavillon témoin
(2007)
Low Impedance
Musique électroacoustique / Pop
Ma chambre quand je n'y suis pas (Montréal)
(2006)
Mondes elliptiques
Installation / Ambient expérimentale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters