Accueil | dMute

Exsonvaldes

: Lights



sortie : 2013
label : Le Périscope
style : Pop-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Days
02/ Let Go
03/ L'aérotrain
04/ SeaHorses
05/ Action
06/ L'inertie
07/ Guns
08/ Lights
09/ On n'a rien vu venir
10/ Nineties

C'est toujours un choix risqué de placer un des titres les plus enthousiasmants de l'album en ouverture. La suite risque de souffrir de cette exigence imposée. Peu importe pour Exsonvaldes, Days, titre sorti en 2012, ouvrira leur album Lights comme il se doit. De toute façon, ils assument ce goût du risque, preuve en est les nombreux concerts en appartement depuis plusieurs années.

Après leur troisième album There's No Place Like Homes sorti en 2010 et déjà remarqué, ce quatuor parisien récidive avec un album qui a bénéficié du travail de Alex Firla, qui a collaboré au premier album de Phoenix et qui a aussi travaillé avec eux pour leur précédent opus.

Servi d'un clip reflétant parfaitement l'image du couple, Days esquisse en quelques mesures le style du groupe : une voix pleine de lyrisme, une alliance entre guitares claires et musiques électroniques des plus entraînantes. Recette imparable qu'on ne se lasse pas d'entendre par ricochets successifs tout au long de l'album dans Action et le final Nineties.

Mais cette réussite n'est pas la seule découverte de l'album, avec le doux Seahorses puis Lights, les Exsonvaldes entrent sans faillir dans l'univers musical de Metronomy puis de Oasis, deux figures de la pop anglaise.

Après de tels plaisirs, notre appétit est déjà bien apaisé. On en oublierait presque le dernier risque pris dans ce nouvel album. Après avoir chantés depuis leur début en anglais, les Exsonvaldes s'essaient au français. C'est toute une génération avec eux qui reviennent à leur langue maternelle ( Lescop, Aline...). Mais la nostalgie ne leur sied pas, il s'agit plutôt d'un dernier pari. Montrer qu'avec L'aérotrain (dont la guitare évoque sans équivoque les sonorités des années 80) et On n'a rien vu venir, la pop en langue française n'a rien à envier à la pop anglaise. Franchement, il faut bien avouer que le pari, comme tout le reste de l'album, est réussi.

Un album intense, ramassé en dix titres, mais d'une vitalité renouvelée à chaque instant.


Chroniqué par Patrice Vibert
le 19/04/2013

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters