Accueil | dMute

Aaron Dilloway

: Modern Jester



sortie : 2012
label : Hanson Records
style : Noise / Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
Face A
01/ Tremors
02/ Eight Cut Scars (For Robert Turman)
03/ Labyrinths & Jokes
04/ Body Chaos
Face B
05/ Scattered
06/ In-Air Convulsions
07/ Self-Defense
Face C
08/ Look Over Your Shoulder
Face D
09/ Shatter All Organized Activities

Pour beaucoup, Aaron Dilloway est avant tout un des membres phares du groupe expérimental/noise Wolf Eyes. Mais – à aucun prix – il ne faudrait passer à côté de ses autres collaborations et de ses projets en solo. Il y a seulement quelques mois, c’est son duo avec Jason Lescalleet (autre grand manipulateur de cassettes) qui m’avait halluciné. Mais aujourd’hui, je suis carrément bouleversé par son solo intitulé Modern Jester.

Un vinyle avec une pochette terrifiante et glauque, pour une musique aussi sombre que... glauque et terrifiante. On parle beaucoup de l’aspect cauchemardesque du dernier chef d’œuvre de Scott Walker, mais là, c’est carrément une plongée interminable aux confins d’un univers difforme et malsain. Sur Modern Jester, Aaron Dilloway manipule des cassettes et des bandes magnétiques : accélération, ralenti, mise en boucle, saturation, solarisation, détérioration, toutes sortes de samples magnétiques certainement innocents prennent une allure infernale et malsaine après le passage de Dilloway. Ce dernier prévient que chaque titre renferme des messages subliminaux. Et il vaut certainement mieux que ça reste subliminal, car c’est déjà assez flippant comme ça. Des voix mises en boucles et progressivement ralenties, des irruptions cartoonesques et noise de bandes accélérées, un collage fantastique pour un voyage cauchemardesque au pays des hommes à trois pieds qui prophétisent une apocalypse incertaine. L’ambiance est sombre et inquiétante, mais en même temps, on se complait dans cet univers inhumain. Pourquoi ? Peut-être seulement parce que Dilloway est aussi un grand musicien, et qu’il sait donc structurer et coller ses bandes avec intelligence et sensibilité, en prêtant une grande attention aux notions de reliefs, d’équilibre, de tensions, en plus d’inventer un univers sonore complètement singulier et donc vraiment inventif et créatif.

Bienvenue dans le monde d’Aaron Dilloway, un carnaval de bandes difformes pour oreilles désorientées et en attente de nouveautés plutôt noires. Modern Jester nous entraîne dans un univers rempli de miroirs déformants convexes et concaves, à moins que ce ne soit nos oreilles qui sortent bouleversées et déformées par ce voyage sonore et psychoacoustique unique. Une plongée grandiloquente et fantasmagorique, sombre et psychotique, guidée par des voix inquiétantes et menaçantes, dans un rêve d’une consistance exceptionnelle. Une grosse tuerie en somme.

Chroniqué par Julien Héraud
le 07/02/2013

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters