Accueil | dMute

Grizzly Bear

: Shields



sortie : 2012
label : Warp
style : folk rock progressif

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Sleeping Ute
02/ Speak In Rounds
03/ Adelma
04/ Yet Again
05/ The Hunt
06/ A Simple Answer
07/ What's Wrong
08/ gun-shy
09/ Half Gate
10/ Sun In Your Eyes

Ce nouvel album de Grizzly Bear, tout comme le précédent était attendu avec impatience. En effet, Veckatimest, leur troisième album avait bien justement installé le groupe, remarqué par son Yellow House, dans la cour des grands. Car désormais, Grizzly Bear, fait parti de ces groupes qui façonnent la tendance, qui influencent leurs congénères au point d’être facilement utilisés comme le porte étendard d’un certain genre musical. Or il n’en est rien. C’est juste un bon groupe, un très grand groupe. Et ce nouvel album confirme chaudement la donne.

Certes, point de grands bouleversements dans cette nouvelle livraison. On ne quitte pas le registre folk pop de la côte Est. Avec cette exploration plus expérimentale, flirtant avec le jazz et l’électronique. Mais ce qui les caractérise c’est surtout cette fougue et la tension qui ressort de leur musique. Un négatif aux démonstratifs et solaires Fleet Foxes ou à la folie douce d’un Akron Family. Au contraire, la musique de Grizzly Bear sort des ténèbres. Elle semble sortir des tréfonds de la terre. On pense à Vulcain, au dieu de la forge, des volcans et de leurs laves bouillonnantes. Car la musique de notre quatuor new-yorkais est à cette image, véritablement fascinante, au point de tendre vers la perfection et le sacré. Logique, car après tout Vulcain n’est il pas le mari de Venus ?

A l’écoute de Shields, on est frappé par une musique compacte et éclatante. Un véritable chaudron musical, marqué par un son compressé et des incursions cinglantes. Car Grizzly Bear est bien plus qu’un animal au sang chaud, il est bouillonnant. Ici point de respirations, la musique doit se faufiler dans les méandres tracées par la juxtaposition de nombreux instruments, le tout mené tambour battant. Le propos reste le même mais la forme, et tout particulièrement le son se veut plus sophistiqué, à l’image de la guitare introduisant le titre d’ouverture de ce quatrième album.

Si Veckatimest sentait bon la sagesse en faisant étalage d’une très grande maitrise dans leur art, Shields favorise quant à lui une approche décomplexée qui introduit avec brio l’ère de l’excellence.


Chroniqué par Guillaume C.
le 19/10/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Veckatimest
(2009)
Warp
Folk progressif
Friend
(2007)
Warp
Psyché-Folk
Yellow House
(2007)
Warp
Neo-Folk/Pop
Reportage
(12/05/2006)
@ Point Éphémère
Horn Of Plenty + The Remixes
(2006)
Asphalt Duchess
Folk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters