Accueil | dMute

Wovenhand

: The Laughing Stalk



sortie : 2012
label : Glitterhouse Records
style : Rock messianique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Long Horn
02/ The Laughing Stalk
03/ In the Temple
04/ King O King
05/ Closer
06/ Maize
07/ Coup Stick
08/ As Wool
09/ Glistening Black

On avait déjà salué la précédente production signée Wovenhand, on avait aussi eu le plaisir d’écouter David Eugene Edwards en solo lors d’un concert archi complet l’année dernière à La Maroquinerie. Et à ce titre, c’est avec une certaine excitation qu’on se plonge dans The Laughing Stalk. D’autant plus que le groupe a fait l’objet d’un changement de line up faisant suite au départ de Pascal Humbert et l’arrivée de Charles French à la guitare et de Gregory Garcia à la quatre cordes.

A ce titre, le répertoire s’en ressent. Wovenhand semble durcir la forme pour mieux s’adoucir par la suite. Il s’en ressent un certain malaise. Parfois, un sentiment de claustrophobie s’installe (King O King, Closer). Et puis, les choses se relâchent. La lumière apparaît (Maize).

Contrairement à l’accoutumé Wovenhand tente l’efficacité. Celui du riff assené à l’infini et placé en première ligne, tambour battant (Long Horn, The Laughing Stalk, In The Temple, Coup, Stick, As Wool, etc.). Certes, cette stratégie de la figure de proue permet de rentrer d’emblée dans le propos. De faire parler la poudre. De laisser place à ce plaisir assumé que seule l’énergie brute peut donner.

Toutefois, il y a un revers à la médaille quand on choisit de démarrer d’emblée en cinquième. Celui de caler. En pareille circonstance, cela donne parfois la sensation que les choses s’essoufflent à certain moment. Car l’énergie n’est pas tout. Et l’énergie ne peut pas tout le temps être au même niveau. Du moins on aurait aimé plus de retrait parfois. Plus de magie. A l’image de la discographie jusque là parfaitement impeccable du groupe.

Wovenhand signe un album parfois cauchemardesque en raison de ce sentiment de claustrophobie que le groupe aime parfois tisser. Un disque qui marque un certain virage au risque parfois d’y laisser quelques plumes (mais si peu). La musique est plus directe, les riffs plus percutants. Les guitares sont moins aériennes et plus massives. Place à la saturation, à la compression du son et aux percussions exacerbées. De quoi parfois provoquer une véritable révolution dans le propos. De quoi déstabiliser l’auditeur. De quoi aussi ressusciter les démons du rock alternatif des années 90. Et à ce titre, on leur en veut pour le moins du monde.



Chroniqué par Guillaume C.
le 24/09/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Refractory Obdurate
(2014)
Glitterhouse Records
Neo-folk / Folk Rock Alternatif
Reportage
(29/04/2011)
@ Maroquinerie
Consider the Birds
(2004)
Sound Familyre
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters