Accueil | dMute

Patrick Watson

: Adventures In Your Own Backyard



sortie : 2012
label : Domino
style : Pop folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Lighthouse
02/ Blackwind
03/ Step Out For A While
04/ Quiet Crowd
05/ Into Giants
06/ Morning Sheets
07/ Words In The Fire
08/ The Things You Do
09/ Strange Crooked Road
10/ Noisy Sunday
11/ Adventures In Your Own Backyard
12/ Swimming Po

Avec son look énervant de jeune folkeux hype, Patrick Watson partait avec beaucoup d’handicaps. Pourtant une chose est sûre, son nouvel album est une perle rare. Dieu sait qu’on a pu ces derniers temps parler de chef-d’œuvre. Même si ce mot a eu tout son sens au moment où ce dernier a été figé dans le marbre, Dieu sait aussi que s’il ne fallait retenir qu’un disque pour une telle appellation, cela serait cet Adventures In Your Own Backyard. Et de très loin.

Avec ce quatrième album et cette première signature avec le label Domino, le Canadien signe son plus grand disque et de très loin. Finis les albums maniérés et leurs compositions lo-fi, au charme quelconque. Place à la grande musique. Attention, Patrick Watson, n’ambitionne pas de révolutionner le genre à l’image d’un de ses congénères tel Sufjan Stevens qui a réussi cette folie de produire un électro folk baroque et surréaliste avec son magistral Age of Adz, en forme d’ode ultime à la hype et à l’avant-garde. Non, Adventures In Your Own Backyard n’augure pas du côté du mélange fascination / haine et encore moins sur le terrain de l’avant-garde. Mais ce n’est pas grave.

Avec son look de cycliste des années 80, fils caché d’un Greg Lemond , le Canadien à la casquette fait avec de vieux pots, l’une des meilleures cuisines de ce début d’année 2012. On est dans le registre d’une pop au charme désuet, de la country rock des années 60 (The Things We Do), de l’americana (Adventures In Your Own Backyard), du baroque, de la pesanteur ou de l’onirisme fantasmagorique (The Things you Do). Neil Young n’est jamais loin. Gainsbourg non plus : Melodie Nelson en avait déjà inspiré plus d’un à l’image de Beck pour son album post déception sentimentale Sea Change ou The Divine Comedy pour son Regeneration. Ici c’est au tour de Morning Sheets de reprendre le flambeau de l’homme à la tête de choux. A d’autres endroits, on rencontre The Arcade Fire au détour d'Into Giant, on semble deviner Anthony and the Johnsons, Grizzly Bear ou Timber Timbre (The Things We Do), autres congénères avec qui on peut désormais l'installer dans le panthéon des artistes qui ont su nous tirer vers le haut et nous faire goûter à nouveau à la grâce.

Dieu sait que l’on pourrait continuer à voir dans ce disque la présence de tant d’autres. Mais cela ne serait que se fourvoyer dans une démarche qui ne consisterait qu’à ne voir que de simples détails. Or ce qu'il y a de génial avec Adventures In Your Own Backyard, c’est finalement de gouter son plaisir sans vouloir absolument l’intellectualiser. De la musique et rien d’autre. L’essentiel est là.


Chroniqué par Guillaume C.
le 13/06/2012

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters