Accueil | dMute

Bersarin Quartett

: II



sortie : 2012
label : Denovali
style : Nu Jazz / Modern Classical

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Niemals Zurück
02/ Zum Greifen Nah
03/ Im Lichte Des Anderen
04/ Der Mond, Der Schnee Und Du
05/ Perlen, Honig Oder Untergang
06/ Einsame Wandeln Still Im Sternensaal
07/ Im Glanze Des Kometen
08/ Alles Ist Ein Wunder
09/ Rot Und Schwarz
10/

Quatre ans se sont écoulés depuis le premier essai de Bersarin Quartett. Quatre ans pendant lesquels le nom d'emprunt du producteur allemand s'est peu à peu estompé du radar, jusqu'à refaire soudainement surface un beau jour de mars. Me revint alors en tête le plaisir que j'avais eu à écouter son premier album. Mélange classieux aux tons jazzy et légères touches électroniques. Il m'avait pris aux tripes au point de le faire trôner parmi les meilleures découvertes de l'année 2008.

C'est donc avec confiance que je lance la nouvelle galette. Et à nouveau, je me sens immédiatement happé par l'atmosphère développée par le producteur. La recette n'a pas changé. Les treize morceaux laissent transparaître au fur et à mesure les diverses inspirations de Bersarin Quartett. Si la touche "Cinematic Orchestra" est la première qui vient à l'esprit, d'autres influences transparaissent en provenance des scènes ambient (Julien Neto notamment) et post-rock.

Les compositions n'ont en tout cas rien perdu de leur magnificence. Elles sont universelles, capables de toucher n'importe qui, peu importe le bagage musical. Il est d'ailleurs étonnant qu'une musique ayant un tel potentiel n'ait pas sorti son créateur de la confidentialité dans laquelle il est toujours plongé, qu'elle n'ait pas un jour explosée grâce à une synchro TV, cinéma ou autre chose. C'est que personne ne l'a remarquée, car elle possède en elle le germe capable de rendre n'importe quelle image bouleversante.

Ce deuxième album ne fait que conforter tout le respect que j'ai envers ce producteur. Les progressions d'accords, la dynamique des compositions, les harmonies, les textures sonores : on frise la perfection. Et s'il est un album qui vaut le coup d'y plonger sans retenue, c'est bien celui-ci.

Chroniqué par Tehanor
le 17/04/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Bersarin Quartett
(2008)
Lidar Productions
Electro-Jazz / Modern Classical



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters