Accueil | dMute

Django Django

: S/T



sortie : 2012
label : Because
style : Electro pop psychédélique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Introduction
02/ Hail Bop
03/ Default
04/ Firewater
05/ Waveforms
06/ Zumm Zumm
07/ Hand of Man
08/ Love's Dart
09/ Wor
10/ Storm
11/ Life's a Beach
12/ Skies Over Cairo
13/ Silver Rays

L’Ecosse réserve toujours son lot de surprises. Elle a eu le bon goût d’enfanter des groupes comme Mogwai, Arab Strab, Belle and Sebastian et Camera Obscura dans les années 90. Si on a pu être dubitatif avec la cuvée 2000, il est sûr que la série inaugurée pour cette nouvelle décennie fonctionne plus qu’à merveille. D’autant plus que le registre tranche sévèrement avec celui de ses prédécesseurs. On est loin de l’instrumental, de la froideur et de l’introspection de certains d’entre eux. Non, Django Django est certes dans l’air du temps avec son électo pop psychédélique, ouvert au grand public par MGMT, mais ce qui fait la réelle différence, ce sont les lectures différentes que l’on peut faire leur musique. Ici, on surfe entre bidouille sonore et énergie pop. Il y a cette juxtaposition des styles : synthés rétro futuristes des années 80 (Intro, Hail Drop, ) rockabilly (Wor, Life’s a Beach), rock (Default), folk (Hand of Man), disco funk (Silver Rays), tropicalisme (Waveforms, Love’s Dart, Skies Over Cairo), le tout marqué par des voix qui ressuscitent le fantôme des Beach Boys.

Car effectivement, il y a ce rapprochement trivial que l’on peut faire avec la formation de Brian Wilson qui consiste à voir dans la musique de ces Écossais un mélange entre sophistication des arrangements et grand sens de la mélodie. C’est clair, Django Django est véritablement doué pour accrocher l’oreille dès les premières secondes. Il y a cette force jubilatoire, cette capacité à réconcilier la tête et les jambes, le ça, le moi et surmoi.

Certes, on peut déplorer le vernis hype qui a entouré la sortie de ce premier album attendu depuis celle de quelques maxis et d’une prestation archi réussie aux Transmusicales. Crise de snobisme, ou complexe d’infériorité/supériorité oblige, on peut être facilement vexé d’alimenter la tendance avec cette chronique. Il n’empêche que refuser d’en parler serait un crime, car Django Django vient d’inaugurer la série des albums qui vont marquer cette année 2012.


Chroniqué par Guillaume C.
le 06/03/2012

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters