Accueil | dMute

Tim Hecker

: Ravedeath, 1972



sortie : 2011
label : Kranky
style : Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Piano Drop
02/ In the Fog I
03/ In the Fog II
04/ In the Fog III
05/ No Drums
06/ Hatred of Music I
07/ Hatred of Music II
08/ Analog Paralysis, 1978
09/ Studio Suicide
10/ In the Air I
11/ In the Air II
12/ In the Air III

Ce n’est pas vraiment le cas – du moins aucune déclaration de Tim Hecker n’est jamais allée dans ce sens – mais Ravedeath, 1972 est comme la fin d’un cycle, qui comprendrait aussi Harmony in Ultraviolet et An Imaginary Country. Une trilogie d’œuvres ambitieuses, étendues sur de longs formats, moins construites sur le modèle classique de « l’album » (dix titre, cinquante minutes) que structurées en grands pans qui se meuvent lentement sur eux-mêmes, les uns par rapport aux autres. Et des œuvres, il faut le dire, d’une tristesse abyssale, et d’une intensité émotionnelle comme la musique n’en procure pas si souvent.

Loin d’un imaginaire hippie-woodstockien facile, les seventies dans lesquelles fait mine de s’enraciner Ravedeath, 1972, sont grises, poisseuses et dépressives. La musique s’y déploie avec ampleur et simplicité, par vagues courtes et saturées nettement audibles qui glissent les uns sur les autres (The Piano Drop), puis le signal gagne en complexité : dans le fond du mix, on entend des notes de piano, des orgues et des sons percussifs indéterminés (Hatred of Music). Ravedeath, 1972 a quelque chose de la musique sacrée d’un monde sans religion. Les motifs s’y enchevêtrent comme dans une fugue et l’auditeur retient son souffle devant la fulgurance de chacun des moments de ce disque. Plus tard, comme sur un fil narratif mystérieux, on entendra ces mêmes instruments se désintégrer, jusqu’à littéralement se vaporiser « dans les airs » (In the Air). Cette musique progresse, évolue, elle semble raconter une histoire d’il y a très longtemps, ou traverser « un pays imaginaire » : les sons atteignent ici une telle force d’évocation, leur transformation dans le temps est si invisible et audible à la fois qu’on peut bien faire venir, au moins une fois, ce vilain cliché de la musique qui raconte quelque chose.

Quand nous l’avons rencontré au printemps dernier avant son concert de l’Espace B, Tim Hecker semblait fatigué. La route et le décalage horaire, pensait-on. De fait, il a livré un set court, beau mais qui laissait la curieuse impression d’avoir été expédié, joué sans envie, à l’aide d’une touche d’avance rapide. Les infimes variations et les trémulations des morceaux étaient perdues et brisées. Avant l’interview, il nous avait demandé à ce qu’elle soit courte, « because I feel like shit ». En réécoutant le disque, avec en tête ces paroles et ce visage momentanément à bout, on se prend à rêver à l’idée d’une œuvre dévoratrice pour son créateur, et qui le vide et le vampirise lentement par son intensité émotionnelle. Réécouter Ravedeath, 1972 presque un an après sa sortie nous fait comprendre, en tous cas, l’état dans lequel était Hecker quand on l’a rencontré, comme si la musique l’avait bel et bien dépassé, au moins pour un moment. Ravedeath, 1972 est une musique de fin du monde, mais dans son sens le plus pur : loin, très loin des délires millénaristes du moment, c’est la musique d’un individu qui semble être allé jusqu’au bout de tout. La musique, elle, a bel et bien avancé jusqu’aux plus extrêmes limites de quelque chose. Qu’on ne sache pas exactement de quoi, de même qu’on ne sait pas ce que signifie exactement ce titre, Ravedeath, 1972, n’est pas la moindre de ses beautés.

Chroniqué par Mathias
le 03/01/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Love Streams
(2016)
4AD
Electronic / ambient
A Year With 13 Moons
(2015)
Mexican Summer
Drone / ambient / Pop / Noise
Virgins
(2013)
Kranky
Ambient / Modern Classical / Electronica
Blog
Actualité
Tim Hecker de retour en octobre avec Virgins.
Interview avec Tim Hecker
(2011-04-27)

An Imaginary Country
(2009)
Kranky
Ambient
Harmony In Ultraviolet
(2006)
Kranky
Ambient



1 commentaire

par CEDRIC HECKER (le 16/04/2012)
On voit mal, en effet, Hecker jouer cette musique live tant elle semble se suffire à elle-même et ne pas nécessiter une présence humaine. Un magnifique album abstrait.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters