Accueil | dMute

Andy Stott

: Passed Me By



sortie : 2011
label : Modern Love
style : Deep-House / Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Signature
02/ New Ground
03/ North To South
04/ Intermittent
05/ Dark Details
06/ Execution
07/ Passed Me By

Comme beaucoup, je ne connaissais pas Andy Stott avant cette année. Mais Passed Me By puis We Stay Together auront fait couler beaucoup d'encre, suffisamment pour laver l'affront. Peu enclin à aligner les disques de house, je me suis retrouvé scotché par le travail du producteur britannique.
Il faut dire que l'entreprise sur Passed Me By, avait tout pour séduire l'amateur que je suis de maltraitances électroniques et de voyages immersifs. Effectivement, en projetant sa techno chaloupée à travers des abimes liquides, c'est à dire en la manipulant avec zèle, Andy Stott en explosait les codes, et se lançait dans quelques explorations sonores riches en trouvailles.

Le genre à Andy Stott, c'est de la musique de club qu'on écouterait s'écouler de la carlingue éventrée d'un submersible fondant vers les abysses. Témoin de cette immersion en eau électronique, Intermittent, où un sample de musique disco bien putassier tente de se sauver du naufrage, de s'extraire des nappes suffocantes et atrophiées qui le réduisent au silence. Ici comme ailleurs, le point focal de Passed Me By c'est le son, le son dans tous ses états : trituré, déformé, plombé, gratté jusqu'à la moelle. S'il garde l'ossature de la house music, Andy Stott en ralentit le rythme à outrance, étouffe ses sursauts pailletés sous des hectolitres de flotte. Jusqu'au-boutiste, l'anglais envoie ce qu'il reste d'audible dans cette house asphyxiée se briser contre des amas liquides. La musique se désagrège, mute en friche subaquatique, et ce qui en réchappe a des allures de spectres flottant dans un monde de basses fréquences, parcouru de pesantes réverbérations.

Si il demeure un pur album de house avec ses rythmiques obsédantes et ses samples vocaux disséminés de ci de là, Passed Me By surprend continuellement en nous immergeant dans des atmosphères étranges voire inconfortables, assez inédites pour le genre. Dark Details, brûlot aux sonorités tribales et industrielles, est une réussite totale à ce niveau là. Il faut dire qu'Andy Stott s'en donne coeur à joie quand il s'agit d'exploiter à fond le grain caverneux et l'aspect ultra-répétitifs de ses tracks pour bousculer nos repères habituels et nous faire entrer dans son univers parallèle et inquiétant. A beaucoup d'égard, c'est New Ground qui illustre le mieux toute la richesse de Passed Me By. Le coup de force d'Andy Stott sur ce titre emblème est de ne pas opposer les différentes polarités qui habitent sa musique mais de les faire s'interpénétrer sans cesse, de tirer de cette fragile symbiose les motifs de rebonds incessants, d'une hypnose reconduite à l'envie.

Passed Me By, malgré sa courte durée et ses ambiances anxiogènes, confère un certain ravissement. L'osmose est parfaite entre la rondeur de ses motifs techno, toujours habilement sculptés, et l'aspect trouble de ses sonorités fantomatiques. Bref entre le cérébral et le "dansant", Andy Stott trouve en permanence le point d'équilibre optimal. En guise de comparaison, la techno glaçante et brumeuse d'Echospace sur The Coldest Season, avait laissé une empreinte semblable dans le paysage des musiques électroniques. Il faut donc rendre grâce au label Modern Love à qui l'on doit toutes ces pépites et dont l'année 2011 aura été une nouvelle fois bien remplie (allez donc voir du côté de l'hydre Demdike Stare).
Pour en revenir à Andy Stott, son plus récent We Stay Together enfonçait le clou en atténuant un peu plus l'aspect club de Passed Me By au profit de son esthétique liquide et spectrale, des manipulations électroniques tous azimuts. Bref, si certains veulent poursuivre le voyage en eau profonde, le chemin est déjà tout tracé…

Chroniqué par Mickael B.
le 02/01/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Faith In Strangers
(2014)
Modern Love
House / Pop / Experimental
Luxury Problems
(2012)
Modern Love
house music disloquée



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters