Accueil | dMute

Author

: Author



sortie : 2011
label : Tectonic
style : Dubstep / Electro-Jazz

Tracklist :
01/ Turn feat. Ed Thomas
02/ Sun
03/ Revolutions
04/ Green & Blue feat. Ben Glass
05/ Dashiki
06/ Mothership
07/ Fix
08/ Drain

Ce nouveau projet sorti des fourneaux de Tectonic réunit Jack Sparrow et Ruckspin. Non pas pour accoucher d'un avatar de leurs productions respectives. Mais pour livrer un projet un peu plus ambitieux. Il s'agit d'injecter dans leur dubstep de l'acoustique. Au menu, donc : du saxo, de la trompette, des percussions, de la batterie, des cordes (piano, contrebasse, violon)... Exception faite des cuivres, omniprésents dans l'album, les instruments s'intègrent toujours de manière assez discrète dans les compositions. La manière dont le sub synthétique laisse ainsi place à une contrebasse acoustique sur certains passages de Turn est représentatif de cet état d'esprit. C'est à peine si on remarque la transition quand on n'y prête guère attention. Idem pour la batterie (réelle ou samplée). La plupart du temps, elle ne se manifeste qu'à travers un charley ou de discrets balais. Leur groove donnent le sentiment (illusoire peut-être) qu'ils proviennent de l'enregistrement d'un batteur plutôt que d'une boite à rythme.

Tout ça est mixé très intelligemment, de manière à ce qu'aucune partie ne prenne le dessus sur une autre. Électronique et acoustique mis sur un pied d'égalité, traités comme un ensemble plutôt que l'un comme support de l'autre. Il ne reste guère que les solos de saxo et de trompette qui, forcément, affichent sans ambiguïté le parti pris electro-jazz d'Author. Et si les trompettes en sourdine me rappellent les travaux d'Erik Truffaz, le saxophone ne m'évoque pas celui de Julien Lourau. Simplement parce que la façon dont il pleure, noyé dans sa réverbe, donnent au morceau sur lequel il apparaît, Green & Blue, un coté assez cheesy. La faute aux 80s qui ont usé et abusé de cette ficelle jusqu'à créer un véritable cliché musical. Je n'en tiendrai bien sûr par rigueur à Author, et suis même ravi qu'ils aient choisi de faire fi de ce passé lourd de stéréotypes. Militons pour réhabiliter le solo de saxophone lointain !

Coté dubstep, rien de surprenant venant de la part de Jack Sparrow et Ruckspin. On est dans la pure tradition Tectonic. Du dubstep profond, planant, ronronnant, hypnotique, qui sait parfois faire preuve d'assez d'énergie pour venir malgré tout investir le dancefloor (Mothership ou Fix paraissent taillés pour ça). Les deux Anglais livrent un dubstep raffiné, aux ambiances captivantes, et dont l'hybridation acoustique reste parfaitement maîtrisée du début à la fin.

Chroniqué par Tehanor
le 10/12/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters