Accueil | dMute

Megafaun

: S/T



sortie : 2011
label : Crammed Discs
style : Country rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Real Slow
02/ These Words
03/ Get Right
04/ Hope You Know
05/ Isadora
06/ Second Friend
07/ Resurrection
08/ Kill The Horns
09/ Scorned
10/ Serene Return
11/ You Are The Light
12/ State/Meant
13/ Postscript
14/ Everything
15/ Rooster egg

La dernière fois qu’on avait écouté Megafaun, on avait pu voir que ces derniers étaient entre de bonnes mains. C’était en 2010, à l’occasion de la sortie de l’excellent Heretofore. La sortie de ce nouvel album éponyme procure une double sentiment, entre peur de la déception et excitation de voir le chemin parcouru. Car produire un excellent ep est une chose, mais confirmer la donne en apposant la marque des dieux sur un album en est une autre... La cruauté de la vie veut que parfois, à ce petit jeu de la critique, le sort d’un album se joue à la seule médiocrité d’un titre.

Chose est dite, ou plutôt non. Le trio, proche de Bon Iver à une époque où ce dernier ne se lançait pas encore dans des divagations au delà du new age, n’avait pas été en mesure de trouver sa propre voie face aux mastodontes que sont Akron Family, Fleet Foxes, Vetiver et compagnie. A croire que le groupe n’était bon qu’aux premières parties. Or depuis Heretofore, il s’est passé quelque chose.

Certes leur country rock (Get Right, Second Friend, Resurrection, State /Meant) matinée de blues (real Slow) s’est parée des atouts de l’expérimentation (These Words, Rooster Egg), de l’électronique (Serene Return, Post/Script), du jazz ou des musiques africaines (Isadora), mais ce qui a vraiment importé dans ce registre c’est ce déclic qui leur a permis d’incarner véritablement leur musique. On parlera d’inspiration, de maturité pour les plus comiques. Les amateurs de telenovelas ou de tout autre sitcom diront que les choses ne sont plus comme avant. Ce qui est pour une fois plutôt une bonne. Car on est d’avantage habitué aux désillusions.

Bref, on l’aura compris, l’écoute de cet album semblait annoncer un parcours sans fautes. Mais comme le dit le dicton : « il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». En effet, le groupe a su produire des ballades aussi bien troussées que Kill the Horns, Hope You Know, Scorned et a réalisé le gros œuvre avec talent. On peut néanmoins se demander pourquoi ce dernier a salopé les finitions en nous proposant en fin d’album un duo aussi kitsch et horripilant que Everything ?

Dommage, car cela laisse un goût amer. Celui d’avoir trop espéré ou celui de s’être fait berner. Qu’importe on se consolera en écoutant les premiers titres de cet ouvrage en se rêvant directeur artistique sans vergogne au point de jeter aux oubliette et par « mégarde » un titre à peine digne de la bande originale d’une comédie sentimentale réunissant tout ce que la terre peut compter d’acteurs indigents.


Chroniqué par Guillaume C.
le 07/12/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Heretofore
(2010)
Crammed Discs
Country expérimentale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters