Accueil | dMute

Duprass

: Galut (Diaspora)



sortie : 2011
label : Interval recordings
style : Ambient / Drame radiophonique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Galut (Diaspora)


Duprass est le duo formé par les sound-designers israéliens Ido Govrin et Liora Belford. Leur nouvel album, intitulé Galut (Diaspora) vient de sortir sur leur propre label, Interval Recordings. Il amène l’auditeur à fouler des territoires musicaux rarement explorés, en l’occurrence ceux du drame radiophonique. Avis aux curieux.

Galut (Diaspora) est une œuvre polymorphe de 23 minutes qui tente de confondre dans un même mouvement paroles, sons et musique. On pourrait croire l’exercice marginal, surtout quand on parle de musique électro-acoustique. Pourtant on s’aperçoit que l’année 2011 est déjà très riche de ces albums qui font jaillir la parole comme on abat une digue. Sur Interval Recordings, on trouvera Nature Data, une performance sonore conçue par l’Irlandaise Jennifer Walshe. Ailleurs : la collaboration entre le poète britannique Alex Rodgers et son compatriote John Wall sur Works 2006-2011 ou encore le groupe Piiptsjilling qui repose sur l’association du poète néerlandais Jan Kleefstra et de trois musiciens parmi lesquels Rutger Zuydervelt (Machinefabriek).

De son côté le duo Govrin/Belford s’appuie sur des poèmes et des textes de l’écrivain israélien Moshe Gurin (1921-1990) pour donner corps à leur musique. De Gurin on ne sait rien, sinon que ses textes, d’inspiration autobiographique, ont souvent trait à l’exil (Galut est d’ailleurs un terme péjoratif qui désigne la diaspora juive en dehors d'Israël).

En plus du mystère qui les entoure, ces écrits qui sont déclamés en hébreu par Ido Govrin, Zohar Eitan et Daniel Birnbaum pourraient créer une distance presque infranchissable entre Galut et ses auditeurs francophones si les deux artistes ne s’aventuraient pas plus loin que la matière, en découvrant un langage amorphe qui transcende les mots et leurs sens sans pour autant torpiller leur importance dans l’œuvre.

Le plus dur est donc d’accepter de ne pas comprendre le sens de ces mots, de s’abandonner à leur flot étrange et à la sonorité si particulière de l’hébreu. Ces mots, il n’est pourtant pas nécessaire de les comprendre concrètement pour en saisir la charge émotionnelle, pour goûter aux douleurs, à la peur ou aux incertitudes qui leur ont donné corps car chaque minute de Galut est contaminée par leurs échos caverneux et les souvenirs troubles qui leur sont rattachés. Galut est de manière plus subtile une affaire d’impression.

On y entre en tâtonnant car le terrain est accidenté et inhospitalier. Chaque son semble échapper à notre compréhension, se répercutant dans un lointain imprécis. Les voix mornes des trois récitants se frottent ainsi à des présences inquiétantes : croassements de corbeaux, grognements de chiens désarticulés, discours en allemand émis depuis des postes de radio invisibles, ou encore : percussions battant des surfaces métalliques pour appeler à une guerre ou un soulèvement dont on ne connaîtra jamais la finalité, tintement de la pluie contre le sol défoncé d’un souterrain.

Le bruit des pas d’un marcheur dessinent quant à eux les motifs d’un parcours introspectifs et cabossés qui nous rappellent le travail de Solo Andata sur l’ambiance de leur album éponyme. C’est aussi la marche d’un voyageur à travers les arcanes d’une histoire, individuelle ou collective, érigés par les paroles des récitants comme un sous texte douloureux et toujours présents.

Musicalement, l’approche des Israéliens est assez similaire de celle des Australiens de Solo Andata. La bande musicale de Galut (appelons la comme ça) est esquissée avec énormément de retenue par la pianiste Shira Legmann et le violoncelle de Dan Weinstein afin qu’elle fasse corps entièrement avec les voix et les field recordings. Les gestes amples et grandiloquents sont donc proscrits au profit d’interventions précautionneuses : d’abord le silence, puis une note sentencieuse pour le rompre, puis un lent crescendo, presque étouffé, en passant par des scories, des détours abrupts et des traitements sonores inattendus encore ponctués par ces silences si lourds de menaces.

Sur disque, Galut mute en film sonore, rappelant à nous l'atmosphère des œuvres de Tarkovski ou de Béla Tarr…De notre côté, on se surprend à associer des visions et même un sens personnel aux voix des trois intervenants. C’était sans doute le but inavoué d’Ido Govrin et de Liora Belford en nous faisant parvenir leur étrange objet sonore en ne mettant à disposition aucune traduction des textes de Moshe Gurin.

Chroniqué par Mickael B.
le 29/08/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters