Accueil | dMute

Orval Carlos Sibelius

: Recovery Tapes



sortie : 2011
label : Clapping Music
style : Pop psychédélique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ I Don't Want a Baby
02/ First Booke of Songes
03/ King Caju
04/ Recovery Days
05/ Sufflamen Bursa
06/ Sientelo
07/ Alihyde
08/ Dead Slug
09/ Under the Carrot Sky
10/ Invisible

Orval Carlos Sibelius n’est finalement jamais là où on l’attend. D’abord parce que ce dernier a quitté Centenaire (all stars band réunissant My Jazzy Child, Domotic et Aurélien Pottier) en plein ascension, mais aussi parce qu’il vient de sortir son second album de manière complètement inattendue.

En effet, la composition de Recovery Tapes, son second album, a été totalement improvisée entre le 31 décembre 2010 et la fin février 2011 sur un magnéto quatre pistes. Le résultat est un album folk rock psychédélique aux accents vintage qui nous ramène en plein dans les années soixante-dix. Parfois un peu trop d’ailleurs, car tout laisse à penser que cet album a été enregistré il y a près d’une quarantaine d’années, tant le traitement du son et l’ambiance évoque de manière troublante cette époque. De quoi s’agacer, au premier abord, de cette forme qui donne parfois un côté ampoulé à un propos des plus réjouissants.

Mais quand on aime Franck Zappa (Invisible), Pink Floyd (Dead Slug), les Beatles ( Recovery Days), les Yardbirds (Alihyde) ou consorts, on ne peut que se satisfaire du résultat tant les compositions d’Orval Carlos Sibelius ne consistent pas à recopier ses pairs. En effet ces mixtures aux structures non linéaires sont marquées par l’influence du tropicalisme et de l’électronique sur l’excellent Under The Carot Sky, mais aussi par le blues malien (I Don’t Want A Baby) et ses boucles de guitares qui se répètent à l’infini. Mais résumer chacun de ces titres à une seule de ces influences n’en serait que trop réducteur... Tant chaque instant révèle de multiples facettes. Pourtant, nul ne peut dire que cette recette est le fruit d’une certaine préméditation. Au contraire, on est marqué par la spontanéité et l’attitude décomplexée qui habitent chacune de ses compositions. Un travail qui s’installe dans la droite ligne de certaines errances de Six Organs of Admittance, du collage foutraque d’Oneida (Sientela) ou du travail de Kim qui avait signé un sans fautes dans le registre pop psychédélique avec son excellent Married On. Bref, une excellente surprise, disponible qu’en vinyle et en téléchargement. De quoi peaufiner d’avantage l’aspect vintage de ce projet bienvenu en ce début de vacances d’été. Ainsi, Orval Carlos Sibelius n’est pas là où on pouvait l’attendre et c’est très bien comme ça.


Chroniqué par Guillaume C.
le 21/07/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(12/07/2013)
@ 3 Pièces
Super Forma
(2013)
Clapping Music
Pop psyché - Copie conforme



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters